Ecoutez Radio Sputnik
    Un phoque, image d'illustration

    Avis aux enquêteurs du dimanche: voici comment gagner 10.000 euros en Bretagne

    © Sputnik . V. Kalinichev
    France
    URL courte
    422

    L'ONG internationale Sea Shepherd a publié sur Twitter un message annonçant qu'elle était prête à payer «10.000 euros de récompense pour toute information qui permettra aux gendarmes d'identifier le ou les coupables» de la décapitation de deux phoques en Bretagne.

    L'ONG Sea Shepherd, qui s'occupe de la protection des écosystèmes marins et de la biodiversité, a annoncé sur Twitter qu'elle offrait 10.000 euros de récompense aux personnes susceptibles de détenir des informations sur les circonstances et les auteurs supposés d'un acte barbare commis en Bretagne, la décapitation de deux phoques.

    La gendarmerie maritime de Concarneau, dans le Finistère, a ouvert à la mi-février une enquête sur cette affaire après la découverte d'une tête de phoque accrochée à un cordage au bout de la digue du port de plaisance.

    «Cela ne fait aucun doute que c'est un acte barbare car la tête a été placée de manière à ce qu'on la retrouve», a indiqué à 20 Minutes Gautier Paris, chargé de l'enquête.

    Le corps de l'animal, en état de putréfaction avancée, a été retrouvé le 10 mars. Huit jours plus tard, un autre corps de phoque, également avec des traces de décapitation, a été découvert dans une commune voisine.

    «Les phoques ont été décapités volontairement à l'aide d'un objet tranchant», avait précédemment indiqué Gautier Paris, cité par Ouest-France.

    En mai 2018, Ouest-France avait déjà indiqué qu'un cadavre de phoque avait été retrouvé sur une plage de Gravelines décapité, avec la queue et les nageoires coupées. L'ONG Sea Shepherd avait également proposé «une récompense de 10.000 euros » pour toute information probante.

    Pour ce qui est des coupables présumés, «il peut s'agir de pêcheurs ou de plaisanciers qui ont pris un phoque dans leurs filets», estime Gautier Paris. Le délit de destruction non autorisée d'espèces animales protégées est une infraction dont la peine minimale est une amende de 3.750 euros.

    Lire aussi:

    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    L’armateur du pétrolier japonais infirme la version US sur l’incident en mer d’Oman
    L'Iran convoque l'ambassadeur britannique après l'incident dans le golfe d'Oman
    Tags:
    espèces animales, enquête, récompense, décapitation, phoques, Ouest-France, Sea Shepherd, Finistère, Bretagne, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik