France
URL courte
Affaire Benalla (194)
18893
S'abonner

À l’occasion du 1er mai, des manifestants appellent à arborer un masque représentant Alexandre Benalla pour «symboliser "La Répression En Marche" et l’impunité du pouvoir».

À l’approche du 1er mai, plusieurs collectifs de manifestants proposent de marquer le premier anniversaire de l’«affaire Benalla» qui continue d’embarrasser l’élite politique française.

Sur la page Facebook de l’évènement 1er mai 2019: Benalla, un an déjà!, les organisateurs invitent leurs concitoyens à arborer mercredi prochain lors de la manifestation un masque représentant l’ex-collaborateur de l’Élysée afin de «symboliser "La Répression En Marche" et l’impunité du pouvoir»:

«Un an plus tard, la justice n’a toujours pas été rendue et les atteintes à l’État de droit se font de plus en plus graves», constatent les auteurs de l’initiative, qui dénoncent les «violences policières couvertes par des mensonges d’État», ainsi que la loi anticasseurs qui «menace la liberté fondamentale de manifester», et les «arrestations abusives de journalistes».

Derrière cette idée se cachent la page Cerveaux non Disponibles et les collectifs Attac et Cartoncroustille. Outre le déguisement en Benalla, ces groupes ont prévu des «chants (La Benallaise!), banderoles, pancartes, affiches […] et tout ce que votre créativité pourra apporter!».

En marge du défilé du 1er mai 2018 à Paris, au Jardin des Plantes et place de la Contrescarpe, l’ex-collaborateur de l’Élysée Alexandre Benalla avait brutalement interpellé un couple. Des images le montrant en train de frapper des manifestants ont entraîné un scandale qui ébranle le pouvoir français jusqu’aujourd’hui.

Dossier:
Affaire Benalla (194)

Lire aussi:

Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
Le professeur Raoult s’en prend au gouvernement et au Conseil de l’Ordre des médecins
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Troisième confinement: «La France est le pays des révolutions» et «on est à la limite», lance Philippot
Tags:
Fête du Travail, manifestation, Emmanuel Macron, Alexandre Benalla
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook