France
URL courte
Mouvement des Gilets jaunes après 22 semaines de mobilisation (133)
10180
S'abonner

Contrairement aux informations diffusées par la presse française, selon lesquelles près de 200 Gilets jaunes avaient essayé de s'introduire dans le commissariat de Besançon le 1er mai, seuls quelques individus se sont avancés sur le parking des policiers, écrit le quotidien régional L'Est républicain, se référant à la préfecture.

Même si environ 200 Gilets Jaunes se trouvaient devant le commissariat de Besançon le 1er mai, seule «une dizaine d'individus» a effectivement tenté ce que la préfecture a défini comme une «intrusion», en pénétrant de quelques mètres sur le parking du commissariat, relate l'Est républicain.

D'après le quotidien, l'administration en question a ainsi expliqué regretter «ces violences et ces tentatives d'intrusion».

En outre, comme le souligne L'Est républicain, les services de la préfecture tentent d'«éteindre le feu médiatique» provoqué par l'information concernant l'attaque d'environ 200 manifestants.

Le quotidien régional a toutefois confirmé que des manifestants avaient, en effet, été repoussés à l'aide de gaz lacrymogènes, tout en soulignant que cela avait été fait «sans corps à corps ni interpellation».

Auparavant, plusieurs médias français avaient relayé l'information qu’entre 200 et 300 Gilets jaunes avaient essayé de s'introduire dans le commissariat en marge du défilé organisé pour la fête du Travail.

Dossier:
Mouvement des Gilets jaunes après 22 semaines de mobilisation (133)

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Une photo de Castaner dégustant des huîtres sur une plage sans respecter les gestes barrières fait polémique
Tags:
gaz lacrymogènes, manifestation, commissariat, gilets jaunes, Besançon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook