Ecoutez Radio Sputnik
    la France

    2.000 euros offerts à qui déchiffrera un mystérieux texte sur un rocher du Finistère

    CC0 / Ah_Riz_Ko
    France
    URL courte
    17314

    Personne n’a encore trouvé la signification des inscriptions gravées sur un rocher de l'anse du Caro, aussi la mairie de Plougastel-Daoulas, dans le Finistère a proposé 2.000 euros à qui percera ce mystère datant du XVIIIe siècle.

    Les linguistes et les historiens sont invités à répondre à un appel national afin de déchiffrer une inscription datant du XVIIIe siècle, gravée sur un rocher de l'anse du Caro, dans le département du Finistère, relate la presse locale. La mairie de Plougastel-Daoulas (29), propose ainsi 2.000 euros à qui sera capable de mettre fin à ce mystère et de traduire les mots qui ont réussi à résister au temps. Ni les lettres, ni la langue, n'ont encore été reconnus.

    Cette inscription consiste en une vingtaine de lignes comprenant des mots indéchiffrables, indique Ouest-France. Par contre, il existe des indices sous forme de trois dates identifiables: 1786, 1789 et 1920. Si les deux premières correspondent aux années de construction du fort du Corbeau avoisinant, la dernière aurait été gravée par un soldat russe en garnison dans ce fort, selon BFM TV, qui se réfère aux dires d'un habitant tenant cela de sa grand-mère.

    Afin de souligner la complexité de cette tâche, le quotidien Le Télégramme cite plusieurs mots inscrits sur la pierre mystérieuse, «grocar drear diozeevbio». Il est rapporté également que le rocher comprend un dessin représentant un voilier.

    Le concours est ouvert jusqu'en novembre 2019.

    Lire aussi:

    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    L’armateur du pétrolier japonais infirme la version US sur l’incident en mer d’Oman
    L'Iran convoque l'ambassadeur britannique après l'incident dans le golfe d'Oman
    Tags:
    histoire, inscriptions, roches, Finistère, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik