France
URL courte
10219741
S'abonner

Le 30 avril, une jeune femme s’est vu refuser l’accès à un bus de la RATP, près du parc des Buttes-Chaumont (19e) à Paris, car sa tenue ne correspondait pas aux «goûts» du chauffeur. Le père de la jeune femme demande désormais des comptes à la RATP.

Dans une interview accordée au Parisien, Kamel Bencheikh, un poète algérien et l’auteur de Préludes à l’espoir, a déploré la discrimination à laquelle sa fille Élise, 29 ans, a dû faire face le soir du 30 avril en plein Paris.

«Élise attendait le bus de la ligne 60 avec une amie, à l’arrêt Botzaris, aux Buttes-Chaumont. Lorsque le véhicule est arrivé, elles n’étaient que toutes les deux. Le chauffeur les a jaugées, n’a pas ouvert les portières et a redémarré. Le véhicule s’arrête quelques mètres plus loin à un feu rouge. Ma fille a couru jusqu’à la vitre du conducteur pour demander au chauffeur pourquoi il n’ouvrait pas les portes. Le machiniste lui a répondu, "Tu n’as qu’à bien t’habiller" en regardant ses jambes», a-t-il confié.

Après avoir attendu quelques minutes, la jeune femme et son amie ont fini par prendre un taxi. Toujours selon M. Bencheikh, le chauffeur a refusé de la laisser monter car il était «maghrébin» et «islamiste».

«Ce type qui conduit un bus payé par mes impôts a empêché ma fille, titulaire d’un passe Navigo valide et donc en règle, qui n’a jamais rien eu à se reprocher, de monter… Juste parce qu’elle portait une jupe», s’est indigné M. Bencheikh.

«Je ne lâcherai rien», a-t-il relevé. Ce samedi 4 mai, il ira déposer une plainte: «Nous ne l’avons pas fait jusque-là, parce que ma fille est en déplacement, mais nous irons jusqu’au bout. […] Il faut que la RATP s’excuse publiquement devant ma fille».

De son côté, la RATP a assuré que le chauffeur serait entendu dans les prochains jours.

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Tensions navales au large de la Crimée: à quoi jouent les Britanniques?
L’UE refuse l’idée d’un sommet avec la Russie proposée par Macron et Merkel
Au Québec, les mesures sanitaires poussent des expats français à partir, «mais surtout pas en France!»
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook