France
URL courte
471
S'abonner

Le tabloïde néerlandais De Telegraaf a fait gober par erreur à ses lecteurs que la consommation d’alcool était désormais interdite en Ardèche, une région très prisée par les touristes bataves. Or, une chaîne a ensuite repris cette fausse information.

Une fausse annonce publiée par le populaire journal néerlandais De Telegraaf a déclenché une mini-panique parmi les touristes bataves se rendant dans le sud de la France. Il était ainsi expliqué dans l’édition de jeudi que la consommation d'alcool était interdite en Ardèche dans les campings, dans les bars et dans les gorges de l'Ardèche. 

Par ailleurs, suite à cette fausse annonce, de nombreux gérants de camping ont reçu des appels de clients des Pays-Bas, visiblement très inquiets.

En réalité, le journal a confondu le département de l'Ardèche ave la réserve nationale des gorges de l'Ardèche, située entre Vallon-Pont-d'Arc et Saint-Martin-d'Ardèche, explique France Bleu. Comme chaque année, la consommation d'alcool est interdite dans cette réserve depuis le 1er mai jusqu'au 30 septembre par arrêté préfectoral, afin d'éviter les bagarres, comportements dangereux et «accidents dus à l'ivresse».

Il est à noter que De Telegraaf a fini par reconnaître son erreur.

Chaque nuit, en pleine saison, plusieurs centaines de personnes peuvent se retrouver sur les aires des bivouacs de Gaud et Gournier, sur le territoire de la commune de Saint-Remèze.

D'avril à septembre, ces gorges situées entre les Cévennes et la vallée du Rhône attirent plus de 1,5 million de visiteurs et on dénombre plus de 180.000 descentes par an en canoë kayak, selon le Syndicat mixte de Gestion des Gorges de l'Ardèche (SGGA) qui gère et préserve ces différents espaces confrontés à une fréquentation touristique massive.

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook