France
URL courte
23187
S'abonner

Un gendarme mobile de 32 ans a mis fin à ses jours avec son arme de service le 6 mai dans le Calvados. Cette nouvelle mort volontaire s’inscrit dans la vague de tragédies qui touche les forces de l’ordre françaises depuis le début de l’année.

Un gendarme mobile de l’escadron 24/3 d’Aunay-sur-Odon (Calvados) s’est donné la mort ce lundi 6 mai avec son arme de service dans son logement de service, annonce L’Essor.

L’homme de 32 ans était père d’un enfant.

Selon Actu17, un policier municipal de 55 ans s’est ôté également la vie au cours du week-end dernier à Cholet (Maine-et-Loire).

Depuis le 1er janvier, plus de trente membres des forces de l'ordre ont mis fin à leurs jours. Il s’agit du quatrième gendarme à se donner la mort depuis le début de l’année.

Pour 2018, ce nombre s'élevait à 35 policiers et 33 gendarmes. Le taux de morts volontaires dans la profession est supérieur de 36% à celui de la population générale, selon une étude de l'Inserm.

Face à cette situation alarmante, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a ordonné la mise en place le 29 avril d’une «cellule alerte prévention suicide» dans la police nationale. «Nous devons briser la peur et le silence», avait-il alors écrit sur Twitter.

Lire aussi:

Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
«Un retrait de la Bundesbank provoquerait l’éclatement de la zone euro», prévient Jacques Sapir
Tags:
suicide
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook