Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan souhaite implanter des lycées turcs en France enseignant le «bon djihad»

    © AP Photo / Francois Lenoir
    France
    URL courte
    361951
    S'abonner

    Une délégation turque attendue prochainement en France devrait exiger la création de lycées turcs sur le territoire français. Certains médias français se montrent inquiets des programmes scolaires turcs, qui enseignent entre autres le «bon djihad» mais négligent la théorie de l’évolution de Charles Darwin.

    Le Président turc souhaite ouvrir des établissements scolaires turcs en France, révélait Le Point le 3 mai. Des fonctionnaires d’Ankara ont rendu en avril plusieurs visites aux responsables des lycées français en Turquie, pour «contester les fondements légaux de la scolarisation d’enfants turcs dans ces établissements», selon l’hebdomadaire.

    Les lycées français de Turquie admettent non seulement les enfants d’expatriés de France, mais aussi ceux des dirigeants de l’AKP, le parti d’Erdogan défini comme «islamo-conservateur».

    Une délégation turque devra se rendre en France les 20 et 21 mai, afin d’y observer les lycées internationaux et devrait exiger ensuite la création de lycées turcs sur le territoire français. «Des Français sont mis sous pression à Istanbul et à Ankara par le pouvoir d’Erdogan, qui cherche à implanter des écoles turques en France, et le Quai d’Orsay ne bouge pas», affirme un proche du dossier cité par Le Point.

    Les ministères français de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères, contactés par Le Figaro, n’ont cependant pas encore apporté de précisions sur le sujet. Le ministre Jean-Michel Blanquer combat entre-temps pour la laïcité de l’enseignement, allant même jusqu’à vouloir fermer l’école musulmane d’Échirolles pour son «inspiration salafiste», qui, elle, a déjà porté plainte pour diffamation.

    Les médias français rappellent «l’islamisation» des programmes menée par Erdogan dans son pays. En effet, dès février 2012, le chef de l’État turc déclarait vouloir «former une génération pieuse». Par la suite, à l’été 2012, trois cours optionnels de religion (la vie de Mahomet, la lecture du Coran, les connaissances religieuses de base), axés sur la vision d’un islam sunnite, ont été introduits au collège.

    Le pouvoir turc a peu à peu remplacé par la suite la prédominance des lycées publics «classiques» par des lycées destinés à la formation des imams et des prédicateurs. Les élèves ayant échoué aux concours d’entrée en lycée public sont désormais inscrits d’office dans ces établissements religieux, raconte Le Figaro.

    Le gouvernement a également instauré l’enseignement du concept de «djihad» dans la plupart des établissements, avec un programme diffusé en 2017. Le ministre de l’Éducation nationale turc, Ismet Yilmaz, avait alors précisé qu’il ne s’agissait pas de la guerre sainte mais du «bon djihad», glorifiant «l’amour de la patrie». La théorie de l’évolution de Charles Darwin, qui dépasserait le «niveau de compréhension des élèves», était en outre absente de ce programme, rappelle Le Figaro.

    Tags:
    éducation, islamisation, islam, école, lycée, enseignement, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik