Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    En cas de débâcle aux européennes, Le Pen estime que Macron devra partir «comme le général De Gaulle»

    © REUTERS / Charles Platiau
    France
    URL courte
    31360
    S'abonner

    La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen a comparé les européennes à venir à «un référendum pour ou contre Emmanuel Macron» et a tenu à souligner que si le Président «perd l'élection», «alors il devra partir».

    Marine Le Pen est revenu sur LCI sur la participation d’Emmanuel Macron aux élections européennes et a riposté à ses assertions selon lesquelles il mettrait «toute son énergie» pour faire en sorte que le Rassemblement national «ne soit pas en tête» le 26 mai.

    «Ça devient donc un référendum pour ou contre Emmanuel Macron, cette élection européenne. J'accepte cela, mais dans ces conditions, il faut qu'il fasse comme le général De Gaulle: s'il perd cette élection, alors il devra partir», a souligné Marine Le Pen sur LCI.

    Mme Le Pen a en outre estimé que «le Président de la République [...] est aujourd'hui un chef de parti et même un directeur de campagne». «Il faut être cohérent, si on met tout son poids dans la balance comme Président de la République, si on transforme cette élection en référendum, alors il faut avoir l'honneur et la dignité de faire comme a fait le général De Gaulle, c'est-à-dire partir si on perd ce référendum», a-t-elle précisé.

    Ainsi, selon Marine Le Pen, Emmanuel Macron «se comporte, encore une fois, comme le président d'un mouvement, il met ainsi de côté des dizaines de millions de Français à qui il ne parle plus, qu'il ne considère plus et même - c'est pire que tout - qu'il combat aujourd'hui», a déploré Mme Le Pen, selon qui M.Macron a «abandonné la conception de la fonction de Président de la République et celle de la Cinquième République».

    La liste du RN et celle du parti de la majorité sont actuellement au coude-à-coude en tête des intentions de vote du scrutin du 26 mai.

    Tags:
    référendum, Marine Le Pen, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik