France
URL courte
2271
S'abonner

Réunis en congrès depuis le 11 mai, les ophtalmologues ont de nouveau mis en garde contre les risques pour les yeux provoqués par l'usage de lanceurs de balles de défense (LBD) pour disperser les manifestations des Gilets jaunes.

Dans le cadre du congrès de la Société française d'ophtalmologie qui s'ouvre samedi à Paris, les ophtalmologues ont réitéré leur mise en garde contre la dangerosité des lanceurs de balles de défense (LBD), rapporte Europe 1.

En effet, les médecins ont mené une étude entre février 2016 et avril 2019 dans tous les CHU de France sur les traumatismes oculaires associés à l'utilisation de ces armes sub-létales et sont parvenus à constater une hausse du nombre de patients touchés par ces blessures depuis le début du mouvement des Gilets jaunes. Les résultats de cette étude seront présentés dans leur intégralité à la rentrée prochaine.

Les médecins ont essentiellement soigné des hommes de 25 ans en moyenne dont près d'un sur deux est arrivé aux urgences avec une plaie ouverte nécessitant une opération et qui est souvent synonyme d'une perte quasi définitive de la vue.

«Pour les lanceurs de balles de défense, les munitions ont un diamètre de 40 millimètres, proche de celui d'une balle de golf ou de squash. Quand les balles arrivent dans l'axe, l'orbite ne peut pas jouer son rôle d'amortisseur du choc», dénonce le professeur Bahram Bodaghi, vice-président de la Société française d'ophtalmologie.

Ce choc peut en effet provoquer une fracture de l'orbite, voire parfois un éclatement de l’œil.

Lire aussi:

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
Tags:
LBD (lanceur de balles de défense), gilets jaunes, médecine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook