France
URL courte
296623
S'abonner

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies ce matin au Trocadéro dans le cadre d’une action non-violente organisée par le mouvement écolo Extinction Rebellion afin d’«alerter sur l'anéantissement du monde vivant».

Plusieurs dizaines de militants d'Extinction Rebellion ont déversé ce dimanche matin des litres de faux sang au Trocadéro dans le cadre d’une action non-violente visant à dénoncer l’inaction du gouvernement face à l’urgence climatique et l’extinction des animaux.

«C’est le sang des humains, des animaux qui meurent aujourd’hui et qui vont mourir demain», explique une militante. Elle appelle à faire des sacrifices au quotidien, cherchant par exemple à éviter de prendre l’avion ou utiliser du plastique afin de préserver la nature.

«Nous souhaitons montrer l'impact de l'inaction de nos gouvernements sur les vies des humains et aussi des autres espèces vivantes», expliquaient la veille les organisateurs du rassemblement, appelant à le rejoindre.

Au bout d’une demi-heure et une fois l’action terminée, les militants ont procédé au nettoyage des marches pour en effacer le colorant.

Depuis l’automne dernier, ce mouvement social britannique organise des actions de désobéissance civile au Royaume-Uni et de l’autre côté de La Manche. Il affirme aujourd'hui être présent dans 49 pays.

Les militants écolos portent trois revendications: que le gouvernement «dise la vérité» sur l'état d'urgence climatique, l'élaboration d'un plan d'actions pour réduire à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2025 et la création d' «assemblées citoyennes» qui, aidées d'avis scientifiques, se prononceraient sur des questions climatiques.

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
écologie, extinction, Trocadéro, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook