France
URL courte
5231
S'abonner

Suite à la saisie du parquet par le Sénat en mars à l’encontre d’Alexandre Benalla et trois autres proches de Macron au sujet d’un possible faux témoignage, ils ont été entendus par la police au cours du mois passé, informe l’agence France-Presse.

Alexandre Benalla, l'ancien chargé de mission de l'Élysée, et trois proches d'Emmanuel Macron ont été entendus en avril par la police judiciaire parisienne dans l'enquête sur des accusations de faux témoignages lancée après un signalement du Sénat, écrit en ce 12 mai l’AFP, citant une source judiciaire.

Le secrétaire général de l'Élysée Alexis Kohler a notamment été entendu par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) saisie de l'enquête ouverte après un signalement du Sénat, au terme des travaux de la commission d'enquête parlementaire. Selon le Journal du dimanche, auquel se réfère l’agence, il a été auditionné le 18 avril.

Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, et le chef du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), le général Lionel Lavergne, qui doit quitter ses fonctions prochainement, ont eux aussi été auditionnés, a confirmé la source judiciaire. Selon l'hebdomadaire, ils ont été convoqués le 12 avril.

La veille, c'est Alexandre Benalla et Vincent Crase, ex-employé de La République en marche, qui avaient été interrogés par la BRDP.

Au terme de ces auditions libres, aucune poursuite n'a été ordonnée à leur encontre et les investigations se poursuivent, selon la source judiciaire de l’AFP.

En mars, le Sénat a saisi le parquet à l’encontre d'Alexandre Benalla, Vincent Crase, Alexis Kohler, Patrick Strzoda et du général Lavergne «pour possible faux témoignage».

Lire aussi:

Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
«Un retrait de la Bundesbank provoquerait l’éclatement de la zone euro», prévient Jacques Sapir
Tags:
Journal du dimanche (JDD), AFP, Sénat français, police, France, Patrick Strzoda, Vincent Crase, Alexandre Benalla, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook