Ecoutez Radio Sputnik
    Le bâtiment Europe, siège du Conseil de l'UE, à Bruxelles

    Le vice-président des Républicains explique sa «préoccupation» par la liste musulmane aux européennes

    © AFP 2019 JOHN THYS
    France
    URL courte
    193110

    Le vice-président des Républicains s’est inquiété sur RTL que la liste musulmane, validée vendredi 10 mai par le Conseil d'État, soit en lice in extremis pour les élections européennes. Il a appelé le ministre de l’Intérieur à se pencher sur le programme de cette formation, émanation de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF).

    Guillaume Peltier, le vice-président des Républicains, s’est dit «préoccupé» sur RTL par la décision du Conseil d’État de valider en vue des européennes une liste musulmane. Cette dernière est une émanation de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF), un parti fondé en novembre 2012 par Nagib Azergui, maintenant tête de liste.

    «Je combattrai toujours ceux qui font de la religion une politique. Je demande au ministre de l’Intérieur d’être suffisamment vigilant. Je n’ai pas suffisamment d’éléments pour juger par moi-même mais je considère qu’il y a une ligne rouge qui ne peut être franchie. Toute liste qui ne reconnaîtrait pas la primauté des lois de la République sur une loi religieuse n’a pas vocation à se présenter au suffrage de nos compatriotes», a-t-il indiqué.

    Ainsi, M. Peltier a appelé les responsables à examiner sa requête: «si c’est le cas, je souhaite que le ministre de l’Intérieur interdise à cette liste la possibilité de se présenter. Si ce n’est pas le cas, elle pourra se présenter».

    C’est la première fois que l’UDMF et ses 79 candidats participent à une élection de cette ampleur. Nagib Azergui compte pouvoir récolter les 200.000 euros indispensables à l’impression des 34 millions de bulletins de vote nécessaires pour couvrir tous les bureaux.

    L’UDMF suscite souvent la controverse. En 2019, le parti a fait de la lutte contre l'islamophobie l'axe principal de sa campagne européenne, et a affiché sa volonté de «désislamiser les débats». Le discours de l'UDMF ne s'en est pas toujours tenu à cela: lors des élections départementales de 2015, le parti réclamait le développement de la filière halal et de la «finance islamique», décrite comme un moyen de moraliser le capitalisme, ainsi que le retour du voile à l'école, dont l'interdiction serait «en totale contradiction avec nos valeurs présumées».

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    La Russie et la Tunisie mettent le cap sur un ambitieux programme spatial commun (photos)
    Tags:
    islam, élections européennes 2019, Union des démocrates musulmans français (UDMF)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik