France
URL courte
12131
S'abonner

Dans un entretien accordé à 20 minutes, Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste de Debout la France pour les européennes, a signalé que pour être respectée «la France devait aller au bras de fer avec l'Allemagne et la Commission européenne», ajoutant qu’Emmanuel Macron a déjà perdu le scrutin.

À un peu plus de deux semaines des européennes, la tête de liste de Debout la France a accordé une interview à 20 minutes dans laquelle il affirme que pour être respectée en Europe, la France doit aller au bras de fer avec les autres pays européens et la Commission européenne.

«Elle doit cesser de respecter les règles du jeu, s’abstenir de toute participation à cette structure pour obtenir gain de cause. Pour nous : la fin des travailleurs détachés, le rétablissement des frontières nationales, la fin des paradis fiscaux en Europe, et récupérer 9 des 11 milliards d’euros de l’enveloppe européenne pour les donner aux Français. Nous n’obtiendrons pas satisfaction sur tout, mais nous avons les leviers pour changer les traités. Pour être respectée en Europe, la France doit aller au bras de fer avec les autres pays européens et la Commission européenne», a-t-il déclaré.

Nicolas Dupont-Aignan a également expliqué l’abandon de l’idée de sortie de l’euro. Selon lui cela tient à ce que les Français ne voulaient pas en sortir. Il a précisé avoir une solution de compromis à cet effet : que «la Banque centrale européenne devait être mise sous l’autorité des gouvernements».

Pour lui l’indépendance de la BCE «suppose un bras de fer avec l’Allemagne.

«Elle doit comprendre que l’euro doit être mis au profit de tous les pays. Sinon, l’euro s’effondrera», a-t-il conclu.

Le numéro un de Debout la France a également signalé que lors du scrutin «Emmanuel Macron sera minoritaire puisqu’il aura toutes les autres listes contre lui».

«Le 26 mai, il faudra additionner les opposants à Macron, donc de toute façon, Macron a déjà perdu l’élection européenne», a-t-il affirmé.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
Emmanuel Macron, euro, Banque centrale européenne (BCE), confrontation, tête de liste, Debout la France, élections européennes, Commission européenne, Allemagne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook