France
URL courte
19326
S'abonner

Mis en examen pour 24 cas d'empoisonnements présumés de patients à Besançon, l’anesthésiste Frédéric Péchier a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contre l’avis du procureur de la République. Une décision qui «choque les familles», selon l'avocat des victimes présumées.

L'anesthésiste Frédéric Péchier, mis en examen jeudi 16 mai pour 17 nouveaux cas d'empoisonnements de patients, a été laissé libre sous contrôle judiciaire dans la nuit de jeudi à vendredi, contrairement à ce que demandait le parquet de Besançon.

«Un contrôle judiciaire, comme c'était le cas jusqu'alors depuis deux ans, a été prononcé. Nous considérons que c'est une bonne décision», qui «se démarque de ce qui pourrait être un emballement judiciaire», a déclaré à la presse Me Jean-Yves Le Borgne, l'un de ses avocats, cité sur BFM TV.

La décision de laisser l'anesthésiste en liberté sous contrôle judiciaire «choque les familles», selon l'avocat des victimes présumées:

Le docteur Péchier, déjà mis en examen en 2017 pour sept cas d'empoisonnements, a de nouveau été mis en examen pour «empoisonnement sur personne vulnérable» pour 17 nouveaux cas de patients, dont sept sont décédés.

Le procureur de la République, Étienne Manteaux, avait annoncé jeudi après-midi, lors d'une conférence de presse, demander le placement en détention provisoire du médecin âgé de 47 ans, mais au terme de plusieurs heures d'audience à huis clos, la juge des libertés et de la détention l'a laissé libre, sous contrôle judiciaire, comme c'est le cas depuis 2017. Il lui est interdit d'exercer sa profession.

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
Tags:
empoisonnement, liberté, médecine, France, Besançon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook