Ecoutez Radio Sputnik
    Opération escargot des taxis sur le périphérique de Paris, le 20 mai 2019

    Loi d’orientation des mobilités, pour les taxis, une «grosse hypocrisie des gouvernements»

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    Mike Beuve
    0 30

    Ce 20 mai, près de 1.000 voitures sont attendues devant l’Assemblée nationale, provoquant jusqu’à 415 km de bouchons en Ile-de-France. La raison? Des syndicats de taxis, d’auto-écoles et une association d’ambulanciers se mobilisent contre la loi mobilités et la réforme du permis de conduire. Sputnik est allé à la rencontre des manifestants.

    «C'est une grande journée de mobilisation pour défendre l'intérêt et la profession de Taxi.»

    Pour Nasser, chauffeur de taxi, cette journée de mobilisation doit envoyer «un signal fort au gouvernement». Ce lundi 20 mai, des syndicats de taxis et d'auto-écoles et une association d'ambulanciers procèdent à des opérations escargot et des ralentissements sur les routes franciliennes. Près de 1.000 voitures doivent converger vers devant l'Assemblée nationale, provoquant jusqu'à 415 km de bouchons en Île-de-France. Le motif de leur courroux? Certaines dispositions du projet de la loi d'orientation des mobilités (LOM) qui vise, selon eux, «à achever la destruction du métier de taxi». Quant aux écoles-écoles, c'est la réforme à venir du permis de conduire qui les préoccupe.

    ​«Ce qui nous a unis, c'est la loi LOM. Il y a de nombreux articles qui ne sont pas en notre faveur. On commence à peine à sortir de la tête de l'eau et on nous en remet une couche. C'est une grosse hypocrisie des gouvernements», peste Marcelo, artisan taxi.

    Les syndicats (CFDT, CGT, ÉLITE, FO et DUD) reprochent au gouvernement de protéger les plateformes de voiture de transport avec chauffeur (VTC), comme l'application Uber. En effet, avec la loi LOM, les syndicats expliquent que les chauffeurs de VTC bénéficieront au même titre que les taxis du conventionnement sécurité sociale, de la possibilité de stationner sur la voie publique ou d'emprunter les couloirs de bus. Sur ce point, le ministère des Transports a pourtant indiqué que les voies de bus ne pourraient pas être utilisées par les VTC et que le texte de loi allait être modifié pour éclaircir la réglementation. Une «fake news» pour Bérangère Couillard, députée de Gironde et corapporteuse du projet de loi d'orientation des mobilités. Dans une interview à Franceinfo, la députée a assuré que les VTC ne pourront pas utiliser les couloirs de bus, mais des «voies réservées qui sont hors agglomération». Toujours pour Franceinfo, Bérangère Couillard a également déclaré qu'il n'y avait aucune création de station pour les VTC dans le projet de loi. Selon elle, le texte assurera un équilibre de traitement entre les taxis et les chauffeurs VTC.

    Néanmoins, plusieurs autres points cristallisent les tensions, comme la non-application par les chauffeurs VTC de tarifs publics fixés par l'État ou le prix de la licence taxi en baisse.

    «Avec l'ubérisation, nous avons perdu pas mal de parts de marché. On a dû travailler plus pour compenser la perte de chiffre d'affaires. J'ai dépensé 217.000 euros pour la licence, plus les frais de mutation que l'on donne à l'État […], car tout passe par la préfecture, qui se sert un pourcentage dessus. Mis bout à bout, j'ai dépensé plus de 230.000 euros. Aujourd'hui, ma licence vaut 115.000 euros», déplore Marcelo.

    Les taxis n'attendent pas de cadeau de la part du gouvernement

    «Ils ont créé une jungle urbaine dans le sens où chacun fait ce qu'il veut, c'est open bar, on s'improvise un métier, on fait le même travail que nous sans payer [de licence, ndlr]. Après, le soleil brille pour tout le monde, il n'y a aucun souci. Le problème, c'est qu'il y a des règles, des lois et on les respecte […] On n'attend rien du gouvernement, on ne veut pas de cadeau, on veut simplement l'application de la loi», déclare Marcelo.

    La loi non appliquée dont tous les chauffeurs parlent est la loi Grandguillaume, votée en 2016, qui avait selon eux trouvé un «juste milieu entre taxi et VTC». Elle permettait notamment d'encadrer les conditions d'accès à la profession de chauffeur VTC comme l'obligation d'obtenir une carte professionnelle pour exercer l'activité. Elle empêchait également la maraude [prise en charge immédiate sur la voie publique, ndlr] en exigeant une réservation préalable du client pour effectuer une course.

    ​Pour l'instigateur de cette loi, Laurent Grandguillaume, il est incompréhensible qu'elle ne soit toujours pas entièrement appliquée.

    ​Et les VTC dans tout ça?

    Dans le sud de la France, la guerre entre taxis et VTC continue de faire rage. En effet, après le blocage par des taxis de certains accès routiers, mardi dernier, aux abords de l'aéroport de Nice, à l'occasion du Festival de Cannes, les chauffeurs de VTC leur ont rendu la pareille mercredi et samedi.
    Dans une interview à 20 minutes (édition niçoise), Nabil Debbouze, secrétaire général de l'union département des VTC à la CFDT expliquait que «nous souhaitons avoir accès aux couloirs de bus comme les taxis et à des places aux abords des aérogares pour pouvoir déposer et venir chercher nos clients […] On veut travailler et on ne nous laisse pas travailler.»

    Certains VTC azuréens ont d'ores et déjà menacé de poursuivre leur mobilisation, voire de la durcir s'ils n'obtiennent pas de rendez-vous avec le préfet des Alpes-Maritimes. Ils pourraient perturber le déroulement du Grand Prix de Monaco, qui se tient du 23 au 26 mai prochain.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    Loi d'orientation des mobilités (LOM), voiture de transport avec chauffeur (VTC), ambulanciers, gouvernement, auto-école, taxi, mobilisation, DUD, ELITE, CFDT, Force ouvrière (FO), CGT, Bérangère Couillard, Ile-de-France, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik