Ecoutez Radio Sputnik
    une ambulance, image d'illustration

    Une cinquantaine de collégiens victime d’un malaise inexpliqué dans les Pyrénées-Atlantiques

    © AFP 2019 LOIC VENANCE
    France
    URL courte
    527
    S'abonner

    Une répétition musicale a mal tourné pour une cinquantaine de collégiens dans les Pyrénées-Atlantiques. En effet, ils ont tous été victimes d’un malaise. L'intoxication alimentaire et la contamination bactériologique ont été écartées par l'Agence régionale de la santé qui parle d’«un syndrome collectif inexpliqué».

    Près d’une cinquantaine de collégiens ont été victimes d’un malaise lors d'une répétition musicale le 17 mai à Hasparren, commune des Pyrénées-Atlantiques.

    Dans son rapport publié mardi 21 mai, l'Agence régionale de la santé (ARS) n’apporte aucune explication rationnelle, évoquant «un syndrome collectif inexpliqué»:

    «Les spécialistes parlent de phénomène de groupe: un enfant fait un malaise vagal, un autre s'inquiète, puis ça a un effet de groupe. Ça existe, aussi surprenant que cela puisse paraître», a déclaré sur France Bleu la directrice départementale de l’ARS, Maritxu Blanzaco.

    La radio a annoncé que la thèse de l'intoxication alimentaire avait très vite été écartée étant donné que les enfants n'avaient pas mangé les mêmes aliments. En outre, comme l’a précisé Mme Blanzaco, «il n'y a aucune contamination bactériologique des prélèvements d'eau».

    Dans un communiqué publié le 20 mai, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a expliqué à son tour ce syndrome par «la température élevée dans la salle», «le nombre d’élèves importants» et «des activités à charge émotionnelle qui peuvent constituer une source de stress».

    Tous les élèves, même ceux qui ont été hospitalisés, ont pu retourner en classe lundi 20 mai. Dans une publication sur son groupe Facebook, le collège a tenu à rassurer tout le monde, informant que les élèves étaient tous en bonne santé.

    Tags:
    intoxication, malaise, collège, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik