France
URL courte
22344
S'abonner

Pendant les débats entre candidats aux élections européennes prévues dimanche, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a provoqué une vive réaction des autres participants et des spectateurs avec sa proposition de «contrôle des naissances en Afrique».

Lundi 20 mai au soir, lors des débats organisés sur LCI, le président de Debout la France (DLF) a, comme il l’a lui-même déclaré, osé «s’attaquer à un tabou»: la fécondité sur le continent africain. Évoquant une prochaine multiplication par deux de la population en Afrique en 30 ans, il a proposé un «contrôle des naissances».

L’idée de Nicolas Dupont-Aignan a été accueillie froidement par ses adversaires qui ont même lancé des «bravos» non dépourvus d’ironie. La tête de liste Europe Écologie Les Verts, Yannick Jadot, a considéré cette proposition comme «scandaleuse» et la candidate de La France insoumise Manon Aubry a qualifié ces propos de «honteux».

Cette réaction n’a toutefois pas empêché Dupont-Aignan de répéter sa proposition sur Twitter: «J’ose le dire, il faut s’attaquer à un tabou: le contrôle des naissances en Afrique comme l’a fait en son temps la Chine pour réussir sa transition économique. Les pays africains le savent très bien!», a-t-il écrit sur le compte officiel de Debout la France. «Il faut un grand plan d'aide à l'Afrique: il faut traiter le problème de la surpopulation africaine, on ne peut pas parler d'immigration, de stabilité du monde ou d'environnement si on ne parle pas de la surchauffe démographique de l'Afrique!», a ajouté Nicolas Dupont-Aignan.

Lire aussi:

Dupond-Moretti répond aux magistrats qui qualifient sa nomination de «déclaration de guerre»
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Le FSB russe arrête un conseiller du chef de Roscosmos soupçonné d’espionner pour l'Otan - vidéo
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Tags:
démographie, immigration, Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, Afrique, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook