Ecoutez Radio Sputnik
    Julia, femme transgenre, victime d'une agression transphobe

    Transphobie: ouverture du procès de l’agresseur de Julia, femme transgenre

    Sputnik
    France
    URL courte
    14516

    Ce mercredi 22 mai s’ouvre le procès de l’agresseur présumé de Julia, femme transgenre, agressée place de la République, à Paris, en marge d’une manifestation contre le Président algérien Abdelaziz Bouteflika. Pour Julia, ce procès revêt un caractère symbolique, car à travers elle, c’est «toute une communauté» qui a été atteinte.

    Les images de l'agression de Julia, femme transgenre, en marge d'une manifestation contre Abdelaziz Bouteflika, place de la République, avaient suscité une vague d'indignation parmi les personnalités politiques et les militants associatifs. Ce mercredi 22 mai, l'un des agresseurs présumés de la jeune femme, âgée de 23 ans, comparaît devant le tribunal de grande instance de Paris. Il est poursuivi pour «violences commises en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre» et risque jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

    La jeune femme espère que la «justice fera correctement son travail» et souhaite que son agresseur présumé écope de l'obligation «d'effectuer un stage dans une association LGBT afin d'essayer de le faire évoluer, de le faire changer». Pour elle, ce procès revêt un caractère symbolique, car «ce n'est pas juste moi, c'est toute une communauté. Il faut que ce soit un exemple».

    ​Le prévenu serait-il déjà en train de prendre conscience de ses actes? C'est ce que son avocate, Me Mariame Touré a laissé entendre à l'AFP. Selon elle, son client a «honte» et a assuré s'être laissé entraîner par un «effet de foule». «Il a été touché par l'immense dignité de la victime et il espère qu'elle acceptera ses excuses», a déclaré son avocate.

    Les juges devraient rendre leur verdict ce jour.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    procès, justice, transgenre, transphobie, victimes, agression, Paris, Ile-de-France, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik