France
URL courte
11151
S'abonner

La police judiciaire a interpellé mercredi 22 mai le maire de Linas François Pelletant dans le cadre d’une affaire de viol présumé sur un jeune garçon tunisien sans-papiers qui remonte à 2015.

François Pelletant, édile de la ville de Linas depuis 1995, a été interpellé à son domicile mercredi 22 mai par la police judiciaire et placé en garde à vue.

Il a été remis en liberté jeudi 23 mai dans la soirée. Un juge d’instruction de Créteil, dans le Val-de-Marne, est actuellement en charge de son dossier.

Cette interpellation intervient dans le cadre d’une affaire de viol présumé sur un jeune garçon tunisien sans-papiers qui remonte à 2015 lorsque M.Pelletant était son employeur et son bailleur.

Cependant, c’est en décembre 2016 que la victime avait déposé plainte contre l’élu. Le jeune immigré a notamment présenté des échanges téléphoniques et des messages, selon Le Parisien.

François Pelletant avait par le passé comparu devant le tribunal pour harcèlement moral et sexuel à l’encontre du jeune homme en 2017.

Le maire a cependant dénoncé ces accusations en affirmant que l’immigré «n’avait pas le niveau professionnel prétendu et a été licencié en décembre 2015, il a ensuite effectué un chantage sur une histoire de viol complètement fausse».

Il avait été alors condamné à verser à la victime présumée 66.000 euros. Ce montant avait été ensuite rabaissé à 31.000 euros devant la cour d'appel de Paris.

En février 2018, la cour d'appel de Paris avait condamné François Pelletant à deux ans de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité. Parmi les accusations contre lui figuraient entre autres le détournement de fonds publics.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Cette simple opération mathématique divise les internautes car deux réponses seraient correctes
Tags:
sans-papiers, police, interpellation, garde à vue, accusations, Tunisie, viol, maire, France, Essonne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik