France
URL courte
Elections européennes 2019 (32)
31327
S'abonner

À la suite de la pire défaite jamais connue par Les Républicains, Nicolas Sarkozy a estimé qu’il fallait «tout changer» d’urgence dans son ancien parti, rapporte le Parisien citant des interlocuteurs de l’ancien Président français.

Commentant l'échec des Républicains aux européennes, Nicolas Sarkozy a déclaré que des changements fondamentaux étaient nécessaires au sein de son ancien parti, relate le Parisien, se référant aux interlocuteurs de l'ex-chef de l'État français.

«Un échec terrible», «il est urgent de tout changer», a-t-il notamment dit, confie l'un de ses interlocuteurs, membre de LR, cité par le quotidien.

«On a tous la gueule de bois, et lui aussi», a ajouté l'interlocuteur en question qui a pu échanger avec Nicolas Sarkozy lundi 27 mai.

Selon son autre interlocuteur, lui aussi membre des Républicains, avec qui il a parlé par téléphone, l'ancien Président a évoqué deux enjeux:

« […] que l'on se parle tous et que l'on engage une révolution de la ligne. Il s'inquiète que le parti se soit rétréci».

Auparavant, Carla Bruni a publié sur son compte Instagram plusieurs captures d’écran montrant les résultats des élections européennes de 2009 pour souligner à quel point l’écart était grand entre son époux, Nicolas Sarkozy, et l’actuel président des Républicains, Laurent Wauquiez.

Les élections européennes qui ont eu lieu dimanche 26 mai en France se sont avérées être un échec pour Les Républicains. Le parti est arrivé en quatrième position avec 8,48% des voix. 

Dossier:
Elections européennes 2019 (32)

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Armement: éprouvé au combat, le canon CAESAR de Nexter a séduit la République tchèque
Justin Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme - images
Règlement de compte en Seine-Saint-Denis, un jeune de 16 ans tué de deux tirs
Tags:
changements, échec, élections européennes, Les Républicains (LR), Laurent Wauquiez, Carla Bruni, Nicolas Sarkozy, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook