France
URL courte
17035
S'abonner

Le ministère de l'Intérieur «ne présente pas d'excuse» aux 2.448 manifestants qui ont été blessés lors du mouvement des Gilets jaunes, car «ce n'est pas parce qu'une main a été arrachée, parce qu'un œil a été éborgné» qu'il faut en rejeter la responsabilité sur les forces de l'ordre, a déclaré Laurent Nuñez dans une émission sur RTL/LCI/Le Figaro.

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, le 17 novembre dernier, 2.448 manifestants ont été blessés, a affirmé le ministère de l'Intérieur. Le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez, estime pourtant que «les choses se sont quand même globalement bien passées».

«Ce n'est pas parce qu'une main a été arrachée, parce qu'un œil a été éborgné» que les forces de l'ordre doivent être mises en cause, a déclaré Laurent Nuñez qui a souligné qu'il n'avait «pas de regret» sur la gestion des manifestations.

«Nous n'avons pas de regret sur la façon dont nous avons mené l'ordre public et la sécurité publique. C'est une crise inédite depuis 50 ou 60 ans, personne n'a eu à affronter ce que nous avons eu à affronter avec Christophe Castaner et les choses se sont quand même globalement bien passées en matière d'ordre public», a affirmé Laurent Nuñez dans l'émission Le Grand Jury sur RTL/LCI/Le Figaro dimanche 2 juin.

Ce même dimanche où une «marche des mutilés» lors des manifestations se tient à Paris pour dénoncer le recours aux armes des forces de l'ordre.

«Quand il y a une agression contre des policiers et qu'il y a une riposte proportionnée, oui il peut y avoir des blessés, a martelé Laurent Nuñez. Je ne présente pas d'excuse, je m'en remets à la justice de mon pays.»

Depuis le début du mouvement, le 17 novembre, le nombre de blessés a atteint 2.448 parmi les manifestants et 1.797 parmi les représentants des forces de l'ordre, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur au 13 mai.

«J'ai toute confiance dans les policiers et gendarmes de ce pays […] Nous savons qu'ils ont employé la force de manière proportionnée dans la plupart des cas», a-t-il déclaré.

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, s'était précédemment félicitée, lors d'un entretien sur LCI, du comportement des forces de l'ordre, notamment lors des manifestations des Gilets jaunes.

«Nos forces de l'ordre, samedi après samedi, ont été absolument exemplaires», a-t-elle clamé.

Jeudi 30 mai, le procureur de Paris avait pour sa part annoncé que des policiers et gendarmes mis en cause pour violences lors de manifestations de Gilets jaunes seraient jugés. Dans une interview au Parisien, Rémy Heitz avait ainsi précisé que 174 enquêtes étaient ouvertes à ce jour.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
enquête, violences policières, gendarmes, police, blessés, armes, forces de l'ordre, manifestation, gilets jaunes, Le Parisien, ministère français de l'Intérieur, Le Figaro, LCI, RTL, Rémy Heitz, Sibeth Ndiaye, Christophe Castaner, Laurent Nuñez, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook