Ecoutez Radio Sputnik
    Un supermarché Lidl, image d'illustration

    Des hordes «prennent d’assaut» les magasins Lidl en France pour acheter un nouveau robot (images)

    © AP Photo / Michel Euler
    France
    URL courte
    16416

    Des centaines de personnes se sont pressées dans les magasins Lidl pour s’emparer de son nouveau cuiseur Monsieur Cuisine Connect. Son tarif bien plus bas que le fameux Thermomix, 359 contre 1299 euros, explique cette frénésie.

    Voulant acheter le nouveau robot cuiseur Monsieur Cuisine Connect, concurrent du Thermomix, de nombreuses personnes se sont rendues dans les magasins Lidl en France. Des images relayées sur les réseaux sociaux montrent d’impressionnantes cohues devant l’entrée des enseignes ainsi qu’à l’intérieur. 

    ​Comme le fait habituellement le distributeur allemand avec ce type de produit, le robot ménager, qui permet de se connecter à Internet pour avoir de nouvelles recettes, sera présent dans les rayons pendant quelques semaines. Le fait qu’il soit commercialisé à un tarif plus bas que le célèbre Thermomix, 359 euros contre 1.299 euros pour son concurrent, a notamment poussé les Français à se presser sur place.  

    Mais comme l’a indiqué la direction de Lidl citée par des médias français, l’appareil ne risque pas de rupture de stock.

    «Nous avons fait des gros stocks pour qu'il soit présent quinze semaines dans au moins 250 magasins», a expliqué Michel Biero, le directeur exécutif achats et marketing de Lidl en France, sans préciser le nombre exact mis en vente mais ajoutant que l’enseigne comptait en commercialiser «plusieurs dizaines de milliers.»

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    La Russie et la Tunisie mettent le cap sur un ambitieux programme spatial commun (photos)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Tags:
    clients, prix, achat, robot, magasin, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik