Ecoutez Radio Sputnik
    Marseille

    Un homme arrêté pour avoir menacé d'«un carnage» le dîner du Crif à Marseille

    © Sputnik . Grigori Syssoïev
    France
    URL courte
    21125

    Des armes ainsi que des drapeaux et de la littérature nazis ont été retrouvés au domicile d’un homme arrêté le 29 mai et qui voulait faire «un carnage» lors d'un dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France, a annoncé le parquet. L’individu a été mis en examen.

    Un trentenaire qui avait lancé sur les réseaux sociaux un message indiquant qu'il envisageait de faire «un carnage» au dîner du Crif à Marseille, a été mis en examen et placé en détention provisoire, a indiqué le parquet, confirmant une information de La Provence.

    L'homme, né en 1989 et interpellé le 29 mai, «n'est pas connu au plan pénal mais était connu pour être attiré par les idées d'extrême droite, voire néo nazies», a précisé à l'AFP le procureur de la République à Aix-en-Provence, Achille Kiriakides. Des armes ainsi que des drapeaux et de la littérature nazis ont été retrouvés à son domicile. 

    C'est la surveillance des réseaux sociaux qui a conduit les enquêteurs jusqu'à lui. Dans un message, le trentenaire disait envisager de faire «un carnage» au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) qui s'est tenu lundi soir à Marseille et auquel participait le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

    Le trentenaire a été mis en examen pour menaces de mort en raison de la religion, acquisition et détention d'armes et munitions. Il détenait également des faux papiers, a précisé le procureur. 

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    néonazis, parquet, Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Marseille
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik