Ecoutez Radio Sputnik
    Un juif, image d'illustration

    Un groupuscule soupçonné de préparer des attaques contre des juifs et des musulmans démantelé en France

    © Sputnik . Kirill Kallinikov
    France
    URL courte
    20623

    Cinq personnes ont été interpellées dans le cadre d’une enquête sur des projets d'attaques contre des musulmans et des juifs, révèle BFM TV. Selon la chaîne, les suspects avaient créé un groupe d’extrême droite qu’ils ont nommé «L’Oiseau noir».

    Entre septembre 2018 et la fin du mois de mai 2019, la police a interpellé cinq personnes soupçonnées de préparer des attaques contre des musulmans et des juifs, a révélé le 11 juin BFM TV.

    Le média indique que les cinq suspects ont nommé leur groupe «L’Oiseau noir». Sur un forum, ils discutaient de projets d’attentats. D’après les informations de la chaîne, ils évoquaient plusieurs cibles, dont des musulmans, ou encore la convention annuelle du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France).

    Selon BFM TV, l’enquête a débuté le 7 septembre dernier avec l’arrestation du premier suspect, un gendarme volontaire adjoint dont le contrat arrivait à expiration. À son domicile, les enquêteurs ont découvert des munitions de kalachnikov, des produits explosifs, un pistolet de marque Glock et un fusil.

    Deux autres personnes ont été interpellées en octobre 2018. Le parquet de Grenoble s'est alors dessaisi au profit du parquet antiterroriste de Paris. Une information judiciaire pour association de malfaiteurs terroriste criminelle a alors été ouverte le 15 janvier 2019.

    Deux autres suspects dont un mineur de 15 ans ont été interpellés à la fin du mois de mai.

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Tags:
    Grenoble, France, musulmans, Juifs, attaque, interpellation, attentat
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik