Ecoutez Radio Sputnik
    Parc d'attraction

    Devant des enfants, un homme est tué par le manège de la chenille dans un parc d’attraction

    © CC0 / 1564890 / Parc d'attraction
    France
    URL courte
    3117
    S'abonner

    Un accident mortel s’est produit dans un parc d’attraction pour enfants en Haute-Garonne. La chenille, ce petit train qui circule à grande vitesse, a percuté un employé devant les yeux d’enfants.

    Un salarié de 35 ans du parc d’attraction pour enfants Animaparc, situé au Burgaud, près de Toulouse, est décédé vendredi 14 juin après avoir été percuté par la chenille, un petit train circulant à grande vitesse, ont annoncé les pompiers. Une classe profitant de l’attraction au moment de la tragédie, les enfants sont devenus des témoins involontaires.

    Alors même que l’alerte a été donnée très vite, la victime n’a pas pu être sauvée, a rapporté La Dépêche du Midi.

    Les sapeurs-pompiers et le Samu se sont rendus sur place en hélicoptère. Mais la gravité des blessures n’a laissé aucune chance à l’employé. Personne d’autre n’a été blessé, toutefois les écoliers demeurent en état de choc.

    Le parc a été fermé par les gendarmes et par des représentants de l’Inspection du travail afin de recueillir des indices. Il est fort probable que la chenille soit fermée et interdite d’utilisation au moins pour quelques jours.

    Animaparc a publié un message sur sa page Facebook, soulignant être «en deuil» et indiquant qu’«une enquête sur les circonstances de cet accident était en cours» et que le parc «laissait aux autorités le soin de déterminer» les causes de celui-ci.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Il n'y a eu «aucune excuse»: le journaliste turc blessé à l’œil le 5 décembre par la police témoigne
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    chenille, enfants, Haute-Garonne, France, parc d'attractions, tragédie, accident
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik