Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner

    Un technicien s’est-il fait virer après avoir parlé à Castaner des violences policières?

    © AP Photo / Francois Mori
    France
    URL courte
    15040

    Suite à l’échange au sujet des violences policières contre les Gilets jaunes entre Christophe Castaner et un technicien ayant travaillé pour l’Armada Rouen, ce dernier n’y travaille plus, informe LCI. Comme motif de fin de contrat, son ancien chef a indiqué non-respect de la discipline au travail.

    Après avoir interrogé le ministre de l’Intérieur sur les violences policières contre des Gilets jaunes sur son lieu de travail, un technicien employé comme sous-traitant dans la société Scorpion à Rouen n’est plus autorisé à y exercer son activité professionnelle, relate la chaîne LCI.

    Dans le cadre de l’Armada Rouen, Christophe Castaner visitait le PC sécurité de la société qui réalise des émissions radio consacrées à l’événement, le 9 juin, lorsque le technicien son s’est approché du ministre pour lui poser des questions concernant les violences policières envers les Gilets jaunes.

    Le témoignage de la personne concernée a été publié sur la page Facebook du groupe Rouen dans la rue:

    «Il y a eu la visite de Castaner dimanche, j’ai pris mon courage à deux mains pour l’interpeller et lui parler, je lui ai dit "une pensée pour nos éborgnés". Suite à cet échange, ses RG personnels ont relevé mon identité, mes intentions et presque toute ma vie...».

    En commentant la discussion avec l’homme d’État, le technicien a cité les propos de ce dernier:

    «Voilà, j’étais en état de stress lors de l’échange je ne me souviens pas de tous ses mots par cœur. Il m’a fait un serment à la con sur ses CRS qui en prennent plein la gueule tous les weekends etc. Bref du grand Castaner. Puis il m’a dit "et vous, vous cautionnez ces abrutis de Gilets jaunes qui s’amusent à casser du flic tous les weekends". Dommage qu’il n’y ait pas eu de caméra à ce moment-là».

    L’interdiction d’accès à son lieu de travail a résulté de tout cela, indique le jeune homme: «Le service de sécurité de l’Armada qui m’interdit l’accès au PCI via la demande de Castaner! Je suis auto-entrepreneur et j'étais à ce moment en prestation».

    Interrogé par la chaîne, le patron de l’employé Pascal Bovin a dénoncé le fait que la mission du technicien avait pris fin à la demande du ministre de l’Intérieur, en soulignant que ce dernier n’avait reçu «aucune pression du ministère».

    Le gérant de la société a motivé la fin de coopération avec le technicien par la violation des règles de discipline de travail:

    «Dimanche dernier, il était au studio, en poste. Quand il a appris la venue de Christophe Castaner, son comportement aurait changé. Puis il est sorti du studio - il a donc quitté son poste - pour interpeller le ministre. Notre studio est situé dans une zone sécurisée par la police. Dans ces conditions, il était difficile de le laisser dans cet environnement. Après ce qui s'est passé, nous lui avons dit que nous ne pouvions plus lui faire confiance et il a tout à fait compris».

    Bien que le chef d’entreprise ait estimé qu’interpeller le ministre «ne se fait pas sur le temps de travail», le technicien s’en est indigné en précisant qu’il s’est fait «virer comme une m... du poste que j’occupais» et le considère comme un «licenciement abusif!».

    Lire aussi:

    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Un navire UK a essayé d'empêcher l'Iran d'arraisonner le pétrolier sous pavillon UK, selon un représentant des Pasdaran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    travail, licenciement, contrat, violences policières, Armada de Rouen, Christophe Castaner, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik