France
URL courte
4019
S'abonner

Ce professeur d’un collège marseillais écoulait quelque 400 grammes de cocaïne par mois, ce qui lui permettait d’ajouter 2.000 euros au salaire mensuel que lui versait l’Éducation nationale.

Un enseignant a comparu devant le tribunal correctionnel de Marseille pour avoir vendu de la cocaïne. «J'ai bien compris, tout cela est derrière moi», a-t-il déclaré cité par l’AFP, expliquant qu’il avait été «tenté par l’argent facile».

Chargé à l’époque d'une classe pour l'inclusion scolaire (Clis), l’homme de 50 ans est jugé aux côtés de 15 autres coprévenus soupçonnés d'avoir écoulé plusieurs kilos de cocaïne chaque semaine. Il avait été placé en détention provisoire durant quatre mois après son arrestation, le 18 septembre 2016.

Une perquisition dans son appartement du centre-ville a permis aux enquêteurs de découvrir une balance de précision et deux cailloux de cocaïne pure à 88% d'un poids total de 350 grammes.

«Cela a démarré avec 5 grammes, puis je suis passé à 10, 15, 20 grammes.»

Ainsi a-t-il expliqué la façon dont il s’était inséré en 2013 dans un réseau d'approvisionnement en cocaïne de la région marseillaise.

Reconnaissant qu’il avait consommé lui-même de la drogue, «quatre à cinq traits en fin de semaine dans un cadre festif», le professeur a reconnu avoir écoulé 400 grammes de cocaïne par mois. Il a évoqué dans ce contexte des gains autour de 2.000 euros par mois grâce auxquels il vivait largement et avait pu se permettre des voyages au Japon, à New-York et en Thaïlande.

«J'ai été tenté par l'argent facile», a-t-il avoué.

Il avait mis en place un astucieux système de commandes: ses clients lui adressaient des textos suivis d'un certain nombre de points de suspension, chaque point représentant 5 grammes.

«J'ai bien compris, tout cela est derrière moi», a-t-il assuré.

Le jugement doit avoir lieu mardi 25 juin.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
drogue, professeur, jugement, Thaïlande, New York, Japon, enquête, perquisition, arrestation, cocaïne, AFP, Marseille, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook