France
URL courte
Les conséquences de l'affaire Benalla (8)
28350
S'abonner

Brigitte Macron a reconnu, dans un entretien jeudi à RTL, que l'entourage du président avait «certainement minimisé» l'affaire Benalla, mais pas la crise des «Gilets jaunes» même s'il ne l'avait «pas vu venir».

«Personnellement j'ai été étonnée de l'ampleur qu'elle a prise», cite l’AFP l'épouse du chef de l'État, interrogée sur l'affaire d'Alexandre Benalla, l'ex-collaborateur à l'Élysée.

«On a certainement minimisé, et moi la première», reconnaît-elle dans cet entretien diffusé en début de soirée. «Peut-être aurait-il fallu dire tout de suite: "il y a un problème". Mais ce n'est pas si facile parce que c'est de l'humain. Les gens qui travaillent avec nous, du jour au lendemain vous ne pouvez pas leur dire: "non, vous ne travaillez pas avec nous"».

Concernant la crise des Gilets jaunes, «on ne l'a pas vu venir» mais «je ne pense pas qu'il [Emmanuel Macron, ndlr] l'ait minimisée». «J'ai eu peur pour la France. On n'arrive à rien par la violence, ce n'est pas comme ça qu'on avance», selon elle.

Sur les «petites phrases» parfois jugées méprisantes du chef de l'État, Mme Macron constate qu'«il n'y en a plus». Emmanuel Macron «pensait qu'il fallait être très naturel, donc parfois quand on est très naturel, on peut blesser et il l'a réalisé a posteriori», ajoute-t-elle.

Interrogée par Marc-Olivier Fogiel, Brigitte Macron souligne que, «pas un instant», elle n'a «vu» son mari «dans une situation difficile» depuis son élection.

«Il travaille sans arrêt. Il se pose des questions, il répond à ces questions, il trouve des solutions», témoigne-t-elle, en estimant que «le temps lui rendra hommage».

En raison de «ce qui leur tombe sur les épaules», Brigitte Macron associe les présidents de la République à Atlas, «ce dieu qui porte la voûte terrestre» dans la mythologie grecque, rajoute encore l’AFP.
 

Dossier:
Les conséquences de l'affaire Benalla (8)

Lire aussi:

Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
crise, Brigitte Macron, Emmanuel Macron, France, Alexandre Benalla, gilets jaunes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook