Ecoutez Radio Sputnik
    Pollution

    La France éprouve des difficultés à suivre le rythme pour atteindre la neutralité carbone, selon un rapport

    CC0 / Chris_LeBoutillier
    France
    URL courte
    433
    S'abonner

    La France, qui s’est donnée comme objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, n’entreprend pas assez d’efforts afin d’honorer cette promesse, selon le rapport annuel du Haut conseil pour le climat (HCC), paru le 25 juin.

    Le Haut conseil pour le climat (HCC) a publié son rapport annuel le 25 juin, lequel constate que la France est en retard par rapport aux étapes qu’il faut entreprendre pour diminuer les émissions de gaz à effets de serre et atteindre la neutralité carbone vers 2050, comme elle et le Royaume-Uni s’y étaient engagés. Selon les spécialistes qui ont préparé cette étude, l’Hexagone fait des efforts moins importants que ceux qui étaient prévus depuis 2015.

    «Cependant, les engagements pris dans ce cadre national et international et leur réalisation sont largement insuffisants pour atteindre les objectifs fixés», lit-on dans le rapport.

    Le Conseil estime que le rythme des transformations économiques et sociales n’est pas suffisamment dynamique parce que «les politiques de transition, d’efficacité et de sobriété énergétiques ne sont pas au cœur de l’action publique».

    D’après le HCC, les deux obstacles principaux qui empêchent la France d’avancer plus rapidement sont le transport et les émissions faites par le bâtiment.

    «Le secteur transport compte pour 31% des émissions nationales en 2018 (137 MtCO2e en 2018). Ses émissions proviennent du transport de voyageurs (60% des émissions de ce secteur), du transport des marchandises (21%), et des véhicules utilitaires légers (19%)», selon le rapport.

    Vient ensuite, le secteur du bâtiment qui est responsable pour 19 % des émissions nationales en 2018. D’après la présidente du Conseil, Corinne Le Quéré, «les premiers efforts fournis sont nettement insuffisants et n’ont pas produit les résultats attendus».

    «Ils n’engagent pas les transformations socio-économiques profondes nécessaires pour aller vers la neutralité carbone.»

    Pour rappel, le 28 août 2018, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot avait annoncé sa démission, disant se sentir «tout seul à la manœuvre» sur les enjeux environnementaux au sein du gouvernement et avoir dû assumer des décisions contraires à ses convictions.

    Tags:
    environnement, écologie, France, politique, nature, émissions, Paris, CO2, climat, danger, pollution
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik