France
URL courte
37953
S'abonner

«On n’est pas au temps des manifestations», considère le ministre français de la Transition écologique qui justifie l’évacuation des manifestants écologistes survenue le 28 juin sur le pont de Sully. Pour sa part, Christophe Castaner a demandé au préfet un rapport.

Interrogé à l’antenne de BFM TV sur s’il «était choqué» par les images tournées le 28 juin à Paris et montrant des CRS gazer au visage des activistes du mouvement écologiste Extinction Rebellion pour les déloger du point de Sully, le ministre français de la Transition écologique François de Rugy a conseillé de voir la vidéo «en entier».

Il a avoué s’être dans un premier temps posé des questions après avoir visionné une vidéo, mais après avoir vu l’enregistrement dans son intégralité, il attire l’attention sur le fait que «d’abord les CRS appellent les manifestants à débloquer» le passage sur le pont.

​«Des manifestants très radicaux»

«Honnêtement, je pense qu’on n’avait pas besoin ces derniers jours d’ajouter encore des problèmes de circulation. Ce sont des manifestants d’ailleurs très radicaux d’une organisation qui s’appelle Extinction Rebellion», souligne-t-il avant que la présentatrice n’attire son attention sur le fait qu’ils étaient «pacifiques».

«Vous savez, les choses pacifiques qui conduisent à bloquer une ville ou des ponts […], et ensuite quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie – c’est ce qu’on fait les forces de l’ordre avec des haut-parleurs – que bien évidemment ils refusent, qu’ensuite ils essaient de les enlever», poursuit-il, avant de déplorer que les CRS ont dû être mobilisés pour prendre les personnes une par une.

«Ça se finit avec l’utilisation en effet de gaz qui ont pour but que les gens s’en aillent», argumente-t-il, ajoutant que les manifestants s’enchaînaient les uns aux autres, employant cette technique «dite non violente, mais tout à fait bloquante».

Et d’appeler à agir pour le climat, pointant pourtant qu’«on n’est plus au temps des manifestations».

Castaner exige des explications

Pour sa part, le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a demandé au préfet de police de Paris de lui faire un rapport sur les modalités de l’évacuation de cette manifestation, informe l’AFP.

«À la demande du ministre, une inspection technique CRS a été déclenchée et un rapport a été demandé au préfet de police sur les modalités de gestion de cette opération de maintien de l'ordre rendue nécessaire pour rétablir la circulation au cœur de Paris», indique la place Beauvau citée par l’agence.

Les événements en question se sont déroulés le 28 juin vers 13h00. Alors que les manifestants bloquaient le pont de Sully à Paris et, assis par terre et s’enchaînant les uns aux autres, refusaient de quitter les lieux, des CRS les ont gazés directement au visage et ont traîné par terre des activistes.

Plus tôt, c'est l'actrice Marion Cotillard qui avait exigé que les autorités expliquent ces images qu'elle a qualifiées d’insoutenables.

Lire aussi:

Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Point sur le Covid-19: la Russie dépasse le seuil des 10.000 cas
Covid-19: audition de Christophe Castaner par la mission d'information de l'Assemblée nationale
Tags:
Extinction Rebellion, François de Rugy, Christophe Castaner, Compagnie républicaine de sécurité (CRS), écologie, militants, évacuation, gaz, Pont de Sully, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook