Ecoutez Radio Sputnik
    Vincent Lambert

    Nouvel arrêt des traitements de Vincent Lambert à compter de mardi

    © AFP 2019 FAMILY HANDOUT
    France
    URL courte
    17917
    S'abonner

    Le médecin du CHU de Reims a annoncé à la famille de Vincent Lambert un nouvel arrêt des traitements mardi de ce patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, selon l'AFP.

    L'arrêt des traitements de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, reprend «ce mardi», a annoncé à la famille le médecin du CHU de Reims, a appris l'AFP de sources concordantes.

    «Le cours de la procédure d'arrêt des traitements», à laquelle la Cour de cassation avait ouvert la voie vendredi, «sera poursuivi à partir de ce jour», a déclaré par courriel le docteur Vincent Sanchez à chacun des membres de la famille de M. Lambert.

    La Cour de cassation avait ouvert le 28 juin la voie à un nouvel arrêt de l'alimentation et de l'hydratation maintenant en vie Vincent Lambert, «point final» de cette affaire selon l'avocat de son épouse, qui se bat pour qu'il puisse mourir.

    La mère de Vincent Lambert, Viviane, totalement opposée pour sa part à l'arrêt des traitements, a pris la parole lundi à l'ONU à Genève pour lancer «un appel au secours». «Sans votre intervention, mon fils Vincent Lambert sera euthanasié par un médecin en raison de son handicap cérébral», avait-elle affirmé.

    Depuis 2013, les parents de Vincent Lambert mènent une bataille juridique contre l'épouse de leur fils, son neveu François et six des frères et sœurs du patient qui veulent que cet «acharnement thérapeutique» stoppe.

    En France, l'arrêt de soins médicaux pouvant conduire au décès du patient est autorisé par la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, dite loi Leonetti.

    En mai, la cour d'appel de Paris saisie par les parents de Vincent Lambert a décidé que les traitements devaient être repris.

    Tags:
    traitement, France, Vincent Lambert
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik