France
URL courte
25826
S'abonner

La balance commerciale agroalimentaire française avec d’autres pays du Vieux continent comme dans le reste du monde a été déficitaire l’an dernier, signale l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Il s’agit du pire résultat depuis la guerre, précise-t-il.

Le solde des échanges agroalimentaires de l’Hexagone avec d’autres pays membres de l'Union européenne est passé dans le négatif pour la première fois depuis la guerre, d’après l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

La France a donc exporté pour 38,1 milliards d'euros en Europe (21,7 milliards hors UE) en 2018. En même temps, les importations en provenance des voisins européens ont augmenté de 24%, à savoir un montant de 38,4milliards d'euros.

Parmi les produits exportés figurent les céréales, les produits laitiers, les bovins vivants, le sucre. Seules les boissons se sont avérées «hors de danger». Comme le souligne Les Échos, la France effectuent la moitié -47% exactement- de ses exportations alimentaires dans seulement cinq pays. En ordre décroissant: la Belgique, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Espagne.

«Il y a dix ans cela aurait été impensable», estime l’économiste de l’Inra Vincent Chatellier, cité par Les Échos.

«Au train où vont les choses, d'ici à cinq ans c'est la balance commerciale agroalimentaire avec le monde entier qui sera en négatif», a souligné Michel Raison, élu LR de Haute-Saône, au même quotidien d’information économique et financière.

Vincent Chatellier explique la situation, entre autres, par le fait que la France «paie le choix du localisme à tous les étages et de son positionnement haut de gamme».

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
exportations, agroalimentaire, alimentation, Europe, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook