France
URL courte
828
S'abonner

Sept personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête ouverte après le saccage d'un péage dans le Var lors de l’acte 2 des Gilets jaunes. Six ont été placées sous contrôle judiciaire tandis qu'une septième, qui a reconnu avoir jeté un engin incendiaire, a été écrouée.

Sept Gilets jaunes ont été mis en examen par un juge du tribunal de grande instance de Draguignan (Var) dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à la suite du saccage d'un péage de l'autoroute A8 au Muy (Var) en novembre dernier, a indiqué vendredi à l'AFP le parquet de Draguignan.

Sur les sept personnes mises en examen, six ont été placées sous contrôle judiciaire tandis qu'une septième, qui a reconnu avoir jeté un engin incendiaire sur le local appartenant à l'exploitant, a été écrouée, a ajouté Pierre Arpaia, procureur adjoint de la République de Draguignan, confirmant une information de Var-Matin.

Les faits remontent au 24 novembre 2018, au début du mouvement de protestation des Gilets jaunes, lorsqu'une «boutique» du concessionnaire Vinci avait été saccagée et incendiée, a précisé le procureur adjoint.

Lors des faits, une première personne à l'attitude virulente avait été interpellée par les forces de l'ordre. Un groupe de Gilets jaunes avait alors tenté de s'interposer et c'est lors de cette interpellation que la structure Escota (groupe Vinci) avait été saccagée et incendiée.

«Les investigations ont été menées par l'ensemble des services de gendarmerie du Var et notamment par la brigade de recherches de Draguignan, qui a mené un travail de longue haleine» pour identifier les personnes mises en cause, dont les dernières dans le courant de cette semaine, a indiqué le magistrat.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
péage, gilets jaunes, Le Var, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook