Ecoutez Radio Sputnik
    les médicaments

    Un milliard de boîtes de paracétamol vendu annuellement, ce médicament est reconnu dangereux

    CC0 / Pexels / les médicaments
    France
    URL courte
    9151

    L’Agence du médicament (ANSM) révèle les risques d’un surdosage de paracétamol pour le foie. Prenant en compte l'augmentation des ventes de ce médicament, elle demande à ce qu’un message de mise en garde soit inscrit sur les boîtes.

    Le paracétamol et tout autre médicament en contenant présentent des risques s’ils sont pris à fortes doses, indique un communiqué publié sur le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

    D’après des études récentes, ce médicament peut être toxique pour le foie. Pour prévenir les malades, l’Agence demande à ce que des messages d’alerte soient présents sur les boîtes concernées, y compris le Doliprane, le Dafalgan ou le Fervex. Plus de 200 médicaments à base de paracétamol seraient en effet commercialisés en France.

    Même si certains internautes disent qu’un avertissement contre l’usage excessif de ce médicament existe déjà, l’ANSM parle d’une autre sorte de message d’alerte, beaucoup plus visible.

    Il est possible d’y voir, entouré de rouge et à côté d’un triangle d’avertissement, la mention «Surdosage = danger. Dépasser la dose peut détruire le foie» pour les médicaments uniquement à base de paracétamol et «Ne pas prendre un autre médicament contenant du paracétamol» pour les médicaments à base de paracétamol associé à une autre substance active.

    «Il s'agit d'un message majeur. Nous le voulions direct et visible. C'est pourquoi, afin d'être vu par tout le monde, il sera apposé sur la face avant des boîtes. À l'arrière, nous avons opté pour un rappel pédagogique des bonnes pratiques» comme par exemple «Ne dépassez pas cinq jours de traitement» et «3g par jour max», a indiqué le Dr Dominique Martin au Parisien.

    Un médicament très répandu

    Pourtant, d’après l’ANSM c’est «le médicament le plus couramment prescrit et utilisé, comme antalgique (antidouleur) ou antipyrétique (anti-fièvre) chez les adultes et les enfants».

    En 10 ans, sa consommation a augmenté de 53%. Elle se monte maintenant à environ un milliard de boîtes vendues annuellement, dont 84% sur prescription médicale mais surtout pour les cas d’automédication.

    Cela peut aboutir à des conséquences graves, voire fatales. Ainsi de Naomi Musenga, décédée en décembre 2017 à Strasbourg. D’après l’information judiciaire, sa mort a été provoquée par «une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours».

    Utiliser avec prudence

    «En cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie, irréversibles dans certains cas. Le terme surdosage s’entend par l’utilisation d’un dosage non adapté, une dose trop importante par prise ou par jour, et un délai minimum entre les prises non respecté. La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France», a rappelé l’Agence.

    Cependant, «utilisé à bon escient», le médicament peut être efficace. Pour cela, il faut suivre les conseils prodigués par l’ANSM.

    • Prendre «la dose la plus faible, le moins longtemps possible»
    • Respecter la dose maximale quotidienne
    • Suivre le traitement recommandé par le médecin
    • Respecter le délai entre deux prises
    • Vérifier s’il y a du paracétamol dans les autres médicaments utilisés sur la même période.

    Quant à certains groupes de personnes soumis à des indications médicales spécifiques (ceux qui pèsent moins de 50 kilos, qui ont des maladies du foie, qui souffrent d’alcoolisme chronique), ils ont besoin de l’avis d’un médecin avant d’en prendre.

    Neuf mois pour le lancement des nouvelles boîtes

    Un mois après qu’il a été révélé que Naomi Musenga était décédée à cause d’un surdosage de paracétamol, l’ANSM a lancé une consultation publique. 97% des 2.300 participants se sont déclarés favorables à l’ajout d’un message visible et clair sur les boîtes.

    L’industrie médicale a maintenant neuf mois pour se mettre en conformité avec cette nouvelle règle et pour lancer la production des nouvelles boîtes.

    Lire aussi:

    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique
    Tags:
    santé, danger, France, médicaments
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik