France
URL courte
8619
S'abonner

Les exploitants et salariés agricoles sont bien plus enclins à mettre fin à leurs jours que l’ensemble de la population, selon une enquête réalisée par la Mutualité sociale agricole.

La Mutualité sociale agricole (MSA) vient de publier une vaste analyse alarmante selon laquelle les exploitants et salariés agricoles ont «un risque plus élevé» de décès par suicide que l’ensemble de la population française, indique l’AFP.

D’après les calculs de la MSA, parmi tous ses assurés d’au moins 15 ans «ayant consommé au moins un soin ou une prestation» en 2015, soit 1,36 million de personnes, ont été dénombrés «605 décès par suicide». Il s’agit d’un nombre nettement plus élevé que celui rapporté par l’agence Santé publique France, qui recensait environ 150 cas par an entre 2007 et 2011.

Les suicides sont plus fréquents dans la population masculine (496) que chez les femmes (109). Rapporté au nombre d’assurés, «le taux brut de décès par suicide [...] est près de quatre fois plus important chez les hommes», souligne la MSA. Indépendamment du sexe, ce taux augmente avec l’âge et culmine au-delà de 65 ans.

En limitant le champ aux 15-64 ans, la MSA a par ailleurs mis en évidence «une surmortalité par suicide des assurés du régime agricole». Comparés aux 40 millions de personnes prises en charge par la Sécu en 2015, les affiliés au régime agricole présentent en effet «un risque de 12,6% plus élevé», cette propension étant encore «plus accentuée chez les salariés agricoles» (18,4%).

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
«Les croisades reprendront»: un centre culturel musulman tagué à Rennes - photos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook