France
URL courte
452
S'abonner

Le suivi de 100.000 volontaires grâce à la cohorte Constances depuis 2013 a révélé que 16.000 d’entre eux avaient le foie trop gras et 500 une maladie avancée, selon Le Parisien.

Grâce à l’observation  depuis 2013 de 100.000 volontaires par la cohorte Constances, les chercheurs ont décelé un foie trop gras chez 16.000 d’entre eux tandis que 500 volontaires avaient déjà une maladie avancée sans le savoir, rapporte Le Parisien.

«On va les avertir par courrier pour les inciter à voir un spécialiste», a confié au média l'hépatologue Lawrence Serfaty.

Une extrapolation a fait ressortir que 8 millions de Français adultes, soit 18,2 % de la population, auraient un foie trop gras et que 200.000 personnes pourraient avoir une maladie avancée risquant d'évoluer vers une cirrhose ou un cancer, signale Le Parisien, ajoutant que les hommes sont plus exposés que les femmes. Il en va de même pour les Nordistes, davantage confrontés à l'obésité que les Sudistes, adeptes du régime méditerranéen.

Le professeur Boursier du CHU d'Angers a indiqué au Parisien que «cette proportion de foie gras en France pourrait augmenter de 60% d'ici 10 à 15 ans».

Selon lui, on peut donc s'attendre à une inflation de la NASH, surnommée «maladie du soda», des cirrhoses et des cancers.

«Si tout le monde perdait 10% de son poids, cette maladie n'existerait pas», a conclu le professeur Serfaty, cité par Le Parisien.

Lire aussi:

«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Attention à une escroquerie avec le permis de conduire qui se répand 
Tags:
cancer, maladies, foie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook