Ecoutez Radio Sputnik
    moustique

    Ces maladies graves qui se propagent à cause de la progression des moustiques-tigres

    CC0 / francok35 / moustique
    France
    URL courte
    4811
    S'abonner

    Dès la première apparition du moustique-tigre en 2004 dans les Alpes-Maritimes, la présence de ces insectes a considérablement augmenté: aujourd’hui il est présent dans 51 départements français. Les moustiques-tigres peuvent transmettre des virus comme le Zika, la dengue ou le chikungunya ce qui rend la procédure de démoustication indispensable.

    En 2004, le moustique-tigre, originaire d’Asie et susceptible de transmettre des virus et des maladies graves comme le Zika, la dengue ou le chikungunya, a été recensé pour la première fois en France dans le département des Alpes-Maritimes. Aujourd’hui le ministère français de la Santé parle de 51 départements français où ces moustiques sont implantés et actifs, contre 42 départements en 2018.

    Il ne s’agit pas que des régions du sud car l’insecte monte désormais vers le nord. La présence de ce moustique a été enregistrée sur la majorité de l’Île-de-France, en Alsace et dans certains départements du Centre.

    «Une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s'en débarrasser», commentent les autorités en ajoutant que le danger que représente l’insecte augmente lorsqu’il se propage en milieu urbain, sa zone de prédilection, et qu’il a l’habitude de piquer durant la journée.

    Porteur de virus

    En 2019, l’Agence nationale de santé publique a rapporté 187 cas de dengue, 22 cas de chikungunya et trois cas de Zika du 1er mai au 7 juillet. Ce qui rend les moustiques-tigres encore plus dangereux c’est qu’ils exposent à un risque de transmission de virus les autochtones, lorsqu’un voyageur infecté dans des zones de risque retourne à la maison. Depuis 2010, de tels cas de transmission autochtone avaient déjà été identifiés concernant ces trois virus dangereux.

    «On sait que pour ces maladies, la phase contagieuse commence dix jours après l'inoculation et dure une dizaine de jours. On vérifie donc aussi vite que possible qu'on ne trouve ni adulte, ni larve sur le trajet du patient», indique Rémi Foussadier, directeur de l'EID Rhône-Alpes.

    Si le cas d’un des virus décrits est rapporté, le ministère de la Santé assure la procédure de lutte contre les insectes par des brigades de l'entente interdépartementale pour la démoustication (EID). Pour éradiquer les moustiques-tigres, les spécialistes vérifient le quartier entier autour de la personne contaminée, y compris la maison, le bureau et d’autres lieux fréquentés.

    Méthodes de prévention

    La période d’activité du moustique dure de début mai jusqu’au 30 novembre, il s’agit donc d’une période appelant à la plus grande vigilance.

    Tout d’abord, il est nécessaire de pouvoir reconnaître les moustiques-tigres. Ils sont très petits, inférieurs à un centimètre et rayés noir et blanc. La piqûre est aussi douloureuse que celle d’un moustique ordinaire, mais le moustique-tigre est plus actif le jour que la nuit ce qui peut servir d’indice pour l’identifier.

    Selon les infectiologues, il faut agir le plus vite possible pendant les 15 premières minutes après la piqûre et désinfecter la zone avec un antiseptique à base l’alcool.

    «C’est la salive du moustique qui contient l’un des virus. Lors de la piqûre, ce dernier va vous mordre avec ces dents (c’est pourquoi je préfère parler de morsure que de piqûre), et sa salive va se répandre dans le derme, explique l’expert. Mais vous avez quelques minutes avant qu’elle se diffuse dans le sang. Il faut alors agir dans les 15 minutes qui suivent la piqûre».

    Les premiers symptômes des virus se font sentir en quelques jours, sous forme de fièvre, de malaise général et d’éruptions cutanées.

    Pour prévenir la propagation des moustiques-tigres encore davantage, les spécialistes conseillent d’être vigilant avec l’eau autour des foyers, parce que même la plus petite quantité d’eau est propice aux moustiques pour y pondre leurs œufs et se reproduire.

    • Éliminer les endroits avec de l’eau stagnante
    • Ne pas laisser stagner l’eau de la pluie
    • Couvrir les bidons d’eau, citernes et les bassins
    • Vérifier le bon écoulement des eaux de usées, nettoyer les gouttières
    • Changer l’eau deux fois par semaine et vider les poubelles
    Tags:
    dengue, virus Zika, moustiques, contamination, virus, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik