France
URL courte
Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (29)
17021
S'abonner

Emmanuel Macron a salué «le sens des responsabilités» de François de Rugy, qui s’est retrouvé sous les accusations de la presse en raison de ses dépenses alors qu’il présidait l’Assemblée nationale et a présenté sa démission par la suite.

Le Président de la République a commenté en conseil des ministres, via la porte-parole de l’Élysée Sibeth Ndiaye, la décision du ministre de la Transition écologique de présenter sa démission.

Emmanuel Macron a salué notamment «le sens des responsabilités» de François de Rugy «qui l'a conduit à préférer quitter le gouvernement plutôt que d'entraver l'action de la majorité», a annoncé la porte-parole du gouvernement.

Selon elle, sa démission «lui permet aussi de pouvoir se défendre et de s'expliquer face aux soupçons dont il est l'objet». Les résultats des enquêtes administratives en cours, notamment celle du secrétariat général du gouvernement sur les travaux entrepris pour rénover le logement de fonction de M.de Rugy dans son ministère, «pourront être rendues publiques dans les tous prochains jours», a-t-elle précisé.

Précédemment, M.Macron a accepté la «décision personnelle» du ministre démissionnaire et a affirmé la respecter «pour qu'il puisse se défendre pleinement et librement», a déclaré l'Élysée.

François de Rugy évoque «le prix le plus cruel» de son erreur

Lors de la passation de pouvoir avec la ministre des Transports Élisabeth Borne, M.de Rugy a parlé d’une «erreur regrettée et payée au prix le plus élevé et le plus cruel». Pour lui, cela ne peut malgré tout «venir effacer les actes posés, les avancées réalisées, les moyens dégagés pour mener concrètement une politique de progrès écologique».

Démissionner est, selon l’ex-ministre, «un double soulagement». «Politique d'abord, parce que je sais votre compétence, votre engagement, votre sens de l'État, votre détermination à conduire les transformations écologiques contre toutes les inerties», a-t-il affirmé à Mme Borne.

​La démission de François de Rugy après des enquêtes journalistiques

M.de Rugy a été la cible de plusieurs enquêtes journalistiques.  Le ministre a organisé au minimum une dizaine de dîners luxueux «aux frais de la République» entre 2017 et 2018, lorsque l’actuel ministre était président de l’Assemblée nationale, a affirmé Mediapart dans une enquête publiée le 10 juillet.

Ces dîners de haut standing, essentiellement organisés par Séverine de Rugy, son épouse, journaliste people à Gala, auraient eu lieu à l’hôtel de Lassay, résidence officielle du président de l’Assemblée nationale, et en auraient mobilisé le personnel.

Qui plus est, il a effectué des travaux pour un montant de 63.000 euros dans son appartement ministériel et a également loué un logement à «loyer social préférentiel» à proximité de Nantes, toujours selon Mediapart.

Suite à une série de révélations, François de Rugy a démissionné de son poste mardi 16 juillet. Le soir même, l’Élysée a annoncé le nom de son remplaçant: Élisabeth Borne, la ministre des Transports.

Dossier:
Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (29)

Lire aussi:

En continu: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, des blessés
Premières images depuis les lieux de l'attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo
«Ce qui se passe est un scandale»: des restaurateurs marseillais se révoltent face aux nouvelles restrictions
Marseille: manifestation contre les nouvelles mesures sanitaires - vidéo
Tags:
réaction, Assemblée nationale, responsabilité, décision, démission, François de Rugy, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook