France
URL courte
455133
S'abonner

Disparition de Steve à Nantes, décès de Zineb Redouane à Marseille, affaire Legay à Nice, violences policières dans un Burger King de Paris… Certains policiers impliqués dans ces affaires ont été décorés de médailles de la sécurité intérieure «destinées à récompenser les services particulièrement honorables», révèle Mediapart.

Le 16 juin, le ministère de l’Intérieur a récompensé des policiers, dont au moins cinq impliqués dans des enquêtes concernant des violences policières, relate Mediapart.

«Parmi les récompensés de la "promotion exceptionnelle médaille de la sécurité intérieure "gilets jaunes"", récompensés le 16 juin, figurent Grégoire Chassaing, le commissaire qui a donné l’ordre d’utiliser les gaz lacrymogènes à Nantes le soir de la disparition de Steve Maia Caniço, mais aussi Rabah Souchi et sa compagne Hélène Pedoya, qui se sont distingués lors des opérations de maintien de l’ordre causant les blessures de Geneviève Legay», précise le média.

Médaille de la sécurité intérieure

La médaille de la sécurité intérieure dispose de trois échelons (bronze, argent, or) et est «destinée à récompenser les services particulièrement honorables notamment un engagement exceptionnel [...], et à récompenser des actions revêtant un éclat particulier», selon le décret du 28 mars 2012. Un agent a expliqué au média «qu’habituellement elle ne concernait que quelques centaines de personnes, les échelons or ou argent étant le plus souvent réservés aux blessés ou aux agents ayant déjà reçu une médaille de bronze.»

«La défense des institutions et des intérêts nationaux, le respect des lois, le maintien de la paix et de l’ordre public, la protection des personnes et des biens et la prévention, la médiation, la lutte contre l’exclusion, l’aide aux victimes», voici les domaines dans lesquels les agents peuvent recevoir cette récompense. La cérémonie a traditionnellement lieu le 1er janvier et le 14 juillet.

«Promotion exceptionnelle» le 16 juin 2019

Officiellement nommée «Gilets jaunes», la «promotion exceptionnelle» a eu lieu le 16 juin. Mediapart a pu avoir accès à un courriel de la direction des ressources humaines des CRS à destination des commandants d’unité. Ce message lançait le 16 avril un premier appel aux candidatures pour la promotion 2018-2019, cherchant «15 fonctionnaires blessés dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes», qui «devront avoir fait l’objet d’un arrêt de travail en privilégiant les ITT».

Faute d’avoir suffisamment de candidats, un deuxième courriel a élargi les critères à «des policiers méritants blessés dans le cadre des Gilets jaunes», «en second lieu, des policiers blessés non méritants», et «en troisième lieu, ceux qui n’ont pas été blessés, mais qui ont réalisé une action remarquée durant cette période». Ainsi, des «non méritants» ont pu être décorés, souligne Mediapart, précisant que seuls sont exclus «les agents absents durant toute la période des manifestations, et ceux ayant reçu un blâme ou étant passés en conseil de discipline.»

Parmi les fonctionnaires récompensés se trouvent ainsi au moins cinq personnes impliquées dans des enquêtes concernant des violences policières, dont la disparition de Steve à Nantes, le décès de Zineb Redouane à Marseille et l’affaire Legay à Nice.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
Christophe Castaner, récompenses d'Etat, récompense, Marseille, gilets jaunes, médaille, Nantes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook