France
URL courte
Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (29)
20643
S'abonner

Des inconnus ont tagué un mur de l’immeuble dans lequel François de Rugy loue un appartement à Orvault d’une inscription insultante, en menaçant de le «faire payer». Plus tard, le Parti communiste maoïste a revendiqué cet acte dans un courriel adressé à la rédaction de Presse Océan, rapporte le quotidien.

La façade de l’immeuble abritant un appartement loué par Français de Rugy, qui a démissionné le 16 juillet après un scandale, a été découverte taguée avec une phrase écrite en rouge «De Rugy escroc on te fera payer» suivie par deux points d’exclamation, informe le quotidien Presse Océan. L’immeuble est situé dans le quartier du Petit-Chantilly à Orvault, à sept kilomètres du centre de Nantes.

​Les voisins de l’ex-ministre ont découvert cette inscription ce 18 juillet, est-il précisé. Les constatations techniques et scientifiques ont été effectuées par la police sur place.

Une faucille et un marteau, ainsi que des initiales ont été dessinés accompagnent le tag. Le Parti communiste maoïste (PCM) revendique cet acte dans un courrier électronique envoyé à la rédaction du quotidien:

«Les parasites comme de Rugy qui se goinfrent de homard, vivent dans le luxe et profitent de logements sociaux grâce à l’argent volé aux travailleurs doivent être dénoncés et combattus!», évoquant les accusations de Mediapart visant l’homme politique d’avoir organisé des dîners somptueux à l’époque où il présidait l’Assemblée nationale.

Des tags précédents

La résidence secondaire de l’ancien ministre sur l’île d’Ouessant, dans le Finistère, avait été taguée en noir de différentes inscriptions, notamment «Voleur», «Vendu» et «Gilet jaune» en décembre 2018.

Affaire de Rugy

Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a présenté sa démission du gouvernement le 16 juillet après avoir été mis en cause par Mediapart pour ses dépenses quand il était président de l'Assemblée nationale. Mediapart a notamment affirmé que M.de Rugy avait donné des dîners fastueux «aux frais de la République» entre 2017 et 2018, avait «utilisé son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour payer une partie de ses cotisations à EELV en 2013 et 2014», effectué des travaux d’un montant de 63.000 euros dans son appartement ministériel et loué un logement à «loyer social préférentiel» à proximité de Nantes.

La passation de fonctions à la nouvelle ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a eu lieu le 17 juillet.

Dossier:
Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (29)

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Un important arsenal d’armes de guerre découvert et saisi à Paris
Tags:
Nantes, appartement, immeuble, homard, Assemblée nationale, Mediapart, Presse Océan, François de Rugy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik