France
URL courte
Attaques de tout type contre des permanences LREM (17)
26631
S'abonner

Un nouveau local de La République en marche a été vandalisée, cette fois-ci dans l’Oise. Carole Bureau-Bonnard a condamné ces dégradations qui ont pour but de dénoncer son vote de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

Dans la nuit du 28 au 29 juillet, la députée LREM de l’Oise Carole Bureau-Bonnard, qui s’était prononcée en faveur de ce traité de libre-échange, a vu sa permanence vandalisée.

La façade, la porte et les volets du bureau de la parlementaire ont été couverts de paille et d’œufs. En outre, une banderole noire a été accrochée devant la permanence affichant en lettre capitale le message «Merci Carole».

L'action a été revendiquée par des jeunes agriculteurs de l'Oise qui ont publié des photos sur leur compte Facebook, en affichant par là même leur désapprobation de l’Accord économique et commercial global (CETA).

Mme Bureau-Bonnard a dénoncé cet acte sur Twitter:

«Je ne pourrai jamais me résoudre à cette violence à l’encontre de la Démocratie. Ma porte a toujours été ouverte. Ma détermination à travailler au service de mes concitoyens reste plus que jamais intacte», a-t-elle écrit.

Plusieurs députés pro-CETA visés ailleurs en France

Depuis son adoption, plusieurs parlementaires qui se sont prononcés en faveur du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada ont vu leurs permanences vandalisées.

Au total, une dizaine de permanences ont été prises pour cible, dont celles de Rémy Rebeyrotte (Saône-et-Loire) dès le lendemain du scrutin avec du fumier, de Jean-Baptiste Moreau à Guéret (Creuse), de Romain Grau à Perpignan, ou encore Barbara Bessot-Ballot à Vesoul (Haute-Saône). Un nouveau local de La République en marche a été vandalisé dans la nuit de lundi à mardi à Foix (Ariège), selon les informations de BFM TV. 

Ratification du CETA

L'Assemblée nationale a approuvé mardi la ratification du CETA, avec 266 voix pour, 213 contre et 74 abstentions. Neuf députés LREM ont voté contre et 52 se sont abstenus.

Dossier:
Attaques de tout type contre des permanences LREM (17)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
CETA, vandalisme, La République en Marche! (LREM), Oise, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook