France
URL courte
31759
S'abonner

Un cliché montrant un homme au sol avec la main d'un policier resserrée autour de son cou a déclenché une polémique sur le Net. Si des témoins dénoncent une violence policière sans motif, les forces de l’ordre justifient cette méthode d’interpellation par un jet de bouteille en verre contre l’un des fonctionnaires.

Une photo prise le 3 août à Nantes lors de la manifestation contre les violences policières, après la mort de Steve Maia Caniço, et représentant un policier qui semble étrangler un homme immobilisé au sol, a été postée dimanche sur Facebook par la photographe Bsaz.

Contacté par CheckNews, le Service d’information et de communication de la police (Sicop) a expliqué la scène en affirmant que l’homme avait tenté de frapper le policier à plusieurs reprises au niveau du visage:

«Cet homme a été interpellé car, quelques minutes avant, ce que l’on ne voit pas sur la vidéo, il avait jeté une bouteille en verre contre un policier. Lors de son interpellation, l’homme ne s’est pas laissé faire, et a tenté de frapper le policier à plusieurs reprises au niveau du visage [ce qu’on ne voit pas distinctement sur les images]».

Le Sicop a confirmé que l’homme avait dû être pris en charge après cette violente interpellation, invoquant l’effet des lacrymogènes.

«Il est revenu au commissariat à minuit, il a reconnu le jet de projectile. Sa garde à vue a été levée et l’enquête se poursuit en préliminaire».

Commentant la violence de l’interpellation, le Sicop a expliqué que «le collègue a fait comme il a pu». «L’objectif, c’était d’essayer de le maintenir, le temps de le menotter.»

Témoignages oculaires

Le street-reporter Mezone a également filmé la scène. Dans sa vidéo, on aperçoit l’homme, torse nu, un pull sur les épaules, indiquer à plusieurs reprises quelque chose aux policiers avec son bras. Avant qu’un policier, muni du même casque et de la même veste que sur la photo, ne l’interpelle violemment, puis l’immobilise au sol, sa main droite autour du cou du manifestant.

Contacté par CheckNews, le street-reporter a raconté que «la personne au sol sur la photo s’est avancée vers la BAC pour leur dire qu’un homme était à terre, juste un peu plus loin, pour leur demander de se calmer. C’est là que l’agent de la BAC lui saute dessus et le met au sol».

La photographe Bsaz a également confirmé à CheckNews que le cliché avait été pris à Nantes samedi 3 août. Selon elle, «il y avait effectivement un blessé à terre, qui ne pouvait pas être déplacé. Et pourtant, des grenades lacrymogènes continuaient à être lancées. Le climat était très tendu, avec un blessé à terre».

D’autres manifestants, présents sur place, ont assuré avoir vu l’homme menotté, assis par terre, entouré d’hommes de la BAC.

​Manifestation à Nantes

Des heurts ont éclaté le 3 août dans l’après-midi dans le centre de Nantes entre les forces de l'ordre et des centaines de manifestants venus dénoncer les violences policières et la mort de Steve Maia Caniço. Gaz lacrymogène et canon à eau ont répliqué à des jets de projectiles et départs de feu. Plusieurs barricades ont été dressées et des vitrines brisées.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
La Chine annonce des mesures de rétorsion ciblant les États-Unis
Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Tags:
violences policières, police, Nantes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook