Ecoutez Radio Sputnik
    une femme enceinte, image d'illustration

    Une femme enceinte a perdu son enfant lors d'une garde à vue à Paris

    CC0 / pixabay/Greyerbaby
    France
    URL courte
    24761

    Une enquête a été ouverte après la plainte d'une femme enceinte de deux mois ayant fait une fausse couche après une garde à vue dans un commissariat parisien.

    Une femme avait été interpellée mardi 6 août après une agression sur un couple sur la voie publique, selon des sources policières. Refusant d'être placée en cellule de garde à vue au commissariat du XIIe arrondissement, elle s'est débattue et les policiers sont intervenus pour la maîtriser, selon ces mêmes sources.

    Elle s'est ensuite plainte de douleurs et a indiqué qu'elle était enceinte, selon des sources concordantes. Les policiers lui ont proposé d'appeler les pompiers, ce qu'elle a d'abord refusé, selon une source proche du dossier. Les fonctionnaires ont ensuite appelé un médecin et elle a été hospitalisée, selon cette même source. Elle a fait une fausse couche.

    Elle a porté plainte mercredi, a précisé une source policière, citée par l'AFP.

    Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a demandé immédiatement la suspension provisoire d'un policier en attendant les conclusions de l'enquête, selon Beauvau.

    «C'est une affaire complexe, des vidéos du commissariat sont en cours d'exploitation, des témoins, notamment d'autres gardés à vue, doivent être entendus», selon la source proche du dossier.

    Le parquet de Paris a confirmé avoir confié à l'IGPN cette enquête pour «violences volontaires sur personne en état de grossesse en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique».

    Lire aussi:

    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Tags:
    grossesse, garde à vue, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik