France
URL courte
4192
S'abonner

Une vidéo montrant une jeune fille mettre un chat dans l'eau puis le jeter en l'air, et une autre qui la montre tourner le petit sur lui-même dans les airs a donné lieu à une enquête policière en France.

Une nouvelle vidéo de violences sur un chat diffusée sur Internet a été épinglée sur la plateforme Pharos, le portail de signalement des contenus illicites en ligne, a annoncé la police sur les réseaux sociaux le 12 août.Une enquête a été ouverte pour retrouver les auteurs des faits, informe Le Parisien.

​La vidéo publiée d'abord sur Snapchat montre une jeune fille s'amuser à plonger un chaton dans l'eau, puis à le lancer en l'air, après quoi le petit retombe au sol. Dans un autre clip, la jeune fille, allongée dans son canapé, fait tourner le chaton en l'air.

La police devra désormais retrouver l’individu qui a filmé ces deux séquences et identifier la protagoniste.

Le cas précédent

En mai 2019, une autre vidéo de maltraitance sur un chat avait donné lieu à une enquête, rappelle le quotidien. Dans ces deux cas, la police a lancé des enquêtes pour retrouver les auteurs des faits. «La personne qui exerce des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou qui commet un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, encourt deux ans de prison et 30.000 euros d'amende», précise la police.

Une tête de coq vivant arrachée avec les dents

La Fondation Bardot a récemment publié une vidéo montrant un homme, prétendument le champion de pelote basque Bixente Larralde, arracher avec ses dents la tête d’un coq vivant. L’homme encourt désormais une peine de prison pour actes de cruauté envers les animaux.

Lire aussi:

Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
«Ce qui s’est passé en Algérie est pire que la Shoah»: un historien algérien réagit aux déclarations de Macron
Tags:
maltraitance, animaux, chats, France, enquête
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik