France
URL courte
6313
S'abonner

Un détenu du centre pénitentiaire de Majicavo situé à Mayotte, incarcéré pour viol aggravé, a menacé d’égorger un surveillant pénitentiaire et sa famille. Il a jugé à la barre que «quand quelqu’un viole les droits de ma religion, j’ai le droit de violer ses droits aussi».

Reconnu inquiétant par le psychiatre, un détenu de la prison de Majicavo a menacé un surveillant pénitentiaire de l’égorger, lui et sa famille, relate le quotidien local JDM. Le prisonnier, incarcéré pour viol aggravé, a été condamné à une peine de quatre mois ferme de détention.

Selon le journal, l’homme en question n’exprime aucun regret. De plus, il insiste sur le fait que les surveillants provoquent des prisonniers en espérant obtenir une promotion pour leurs services. En outre, à la barre, l’homme a affirmé qu’il avait le droit de violer les droits de la religion de personnes qui viole les droits de sa propre religion.

«Quand je lis le Coran, quand quelqu’un viole les droits de ma religion, j’ai le droit de violer ses droits aussi, c’est eux qui cherchent les ennuis», a exposé le détenu, cité par le quotidien.

Le psychiatre a jugé son profil inquiétant et a traité l’homme pour des troubles mentaux, cependant le détenu refuse de son côté de prendre ses médicaments en insistant sur le fait qu’il n’est pas malade.

Qui plus est, le détenu a plus de 20 mentions sur son casier judiciaire. Quant à son attitude en prison, elle lui a déjà valu le retrait de tous ses crédits de remise de peine. Désormais, au lieu d’être libérable en novembre 2019, il ne sortira pas de l’établissement pénitentiaire avant 2020.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
La Commission européenne réagit à l’achat du Spoutnik V par la Hongrie
Covid-19: bientôt la fin des aides? «Une pulvérisation de l’économie française»
Tags:
Mayotte, menace, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook