Ecoutez Radio Sputnik
    Police

    Des lycéens tendent un piège à un instituteur détenteur d'images pédopornographiques

    CC BY 2.0 / Chris Friese
    France
    URL courte
    14495

    Prétendant être une jeune fille de 16 ans, des lycéens de Vittel (Vosges) ont pu piéger un instituteur conservant sur son ordinateur des images pédopornographiques. Placé sous contrôle judiciaire, celui-ci attend son procès fixé au 27 août.

    Un groupe de lycéens de Vittel (Vosges), qui a lancé un défi il y a six mois pour traquer sur la Toile de potentiels prédateurs sexuels, a tendu un guet-apens à un instituteur en possession d'images pédopornographiques. Pour mener à bien leur «opération», ils se sont fait passer sur Internet pour une jeune fille de 16 ans.

    L’homme a mordu à l’hameçon. Les étudiants lui ont donné rendez-vous et l’ont intimidé sur place «sans pour autant se montrer violents à son égard», selon Vosges Matin.

    Des dizaines d’images pédopornographiques

    Par la suite, les lycéens ont contacté la gendarmerie. Lors d’une perquisition, les militaires ont trouvé plusieurs dizaines d’images pédopornographiques stockées sur l’ordinateur de l’homme, toujours selon le journal régional.

    «Mon client souffre d’une addiction avérée et forte à la pornographie. Cela l’a amené sur des sites où il y a de tout, et notamment des clichés mettant en scène des mineurs. Il se rend compte qu’il doit se prendre en charge, notamment par le biais de soins», a déclaré son avocate, Me Nancy Risacher, au Figaro.

    L'instituteur a été placé sous contrôle judiciaire. Son procès aura lieu le 27 août. Il encourt une peine de 2 ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    porno, lycéens, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik