Ecoutez Radio Sputnik
    Un labrador (image d'illustration)

    Un labrador enfermé sans eau ni nourriture pendant une dizaine de jours – vidéo

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    France
    URL courte
    11845
    S'abonner

    Les gendarmes ont été appelés pour sauver un chien à Presles-en-Brie. L’animal, qui ne cessait d’aboyer depuis plusieurs jours, était seul dans une maison, sans eau ni nourriture.

    Inquiétés par les aboiements d’un chien, des voisins ont décidé d’alerter les gendarmes mardi 13 août à Presles-en-Brie, en Seine-et-Marne, rapporte Le Parisien.

    Selon le quotidien, les forces de l’ordre ont pénétré dans la maison où ils ont trouvé un labrador. L’association de défense des animaux Stéphane Lamart suppose que le chien était seul «depuis au moins dix jours» sans avoir la possibilité de sortir et de se nourrir. Le fondateur de l’association a ajouté que l’animal était «complètement stressé, affolé» et que pour survivre il mangeait «ce qu'il pouvait trouver» et buvait l'eau des toilettes.

    D’après Le Parisien, les propriétaires ont déménagé en le laissant enfermé dans l’habitation.

    En outre, Stéphane Lamart a indiqué que ce labrador de deux ans et demi avait été attaché à une corde mais qu’il avait pu se détacher après avoir perdu du poids, surtout au niveau du cou. Une vidéo postée sur Facebook montre l’intervention des gendarmes dans la maison. Il est possible d’y voir le chien, très amaigri et les accueillant avec joie.

    Le labrador a été conduit par l’association chez un vétérinaire.

    Les gendarmes ont ouvert une enquête pour retrouver les propriétaires et éclaircir certains détails.

    Lire aussi:

    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Un policier frappé lors d’un contrôle pendant que les amis de l’agresseur filment la scène
    Tags:
    enquête, gendarmes, chiens, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik