Ecoutez Radio Sputnik
    Une corrida

    Un troisième ministre français pris en flagrant délit de présence à une corrida en France

    © Sputnik . Alexeï Koudenko
    France
    URL courte
    34427
    S'abonner

    Un autre membre du gouvernement français a été aperçu à une corrida organisée cette fois-ci à Dax. Et ce, trois jours après la vive polémique qui a embrasé la société après la présence de deux ministres à une autre corrida, à Bayonne.

    Une nouvelle ministre est devenue la cible de critiques virulentes pour avoir assisté à une corrida.

    L’Alliance Anticorrida a révélé que Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, avait assisté ce 17 août à une corrida à Dax, dans le département des Landes.

    Et ce après qu’une polémique a été soulevée par la présence à ce combat entre un homme et un taureau de deux autres personnalités d’État. En effet, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, et la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, avaient été photographiés lors d'une corrida à Bayonne le 14 août aux côtés du maire de la ville, Jean-René Etchegaray.

    «Jusqu'où ira ce gouvernement dans la duplicité et la provocation?», s'est indignée Claire Starozinski, présidente de l'Alliance Anticorrida.​

    Avant d’ajouter qu'elle ne pouvait ignorer le scandale provoqué par ses collègues.

    La Fondation Brigitte Bardot a jugé la scène scandaleuse.

    Selon un sondage Ifop réalisé en mai 2018 pour la Fondation Brigitte Bardot, 74% des personnes interrogées, soit près des trois quarts, étaient opposées à la corrida et souhaitaient «la suppression de cette pratique» dans le pays.

    L'association de protection des animaux L214 ne juge même pas utile d’assortir son tweet de commentaires.

    Didier Guillaume a regretté ce 19 août d’avoir «pu choquer» les défenseurs du bien-être animal.

    «Je regrette que ça ait pu choquer un certain nombre de citoyens qui sont contre ces pratiques», a déclaré le ministre de l'Agriculture sur France Info.

    Le code pénal punit de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende «le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves […] ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique ou apprivoisé, ou tenu en captivité».

    Toutefois, ces dispositions «ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée», ajoute un autre article du code pénal.

    «La corrida pose un problème du point de vue de la loi: vous faites une corrida dans le Gard, tout le monde applaudit. Vous faites une corrida à Paris, les organisateurs vont en prison», a déclaré dans ce contexte à BFM TV Didier Bonnet, président du Comité radicalement anticorrida Europe (CRAC).

    Lire aussi:

    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Tags:
    Paris, Gard, code pénal, Ifop, sondage, Brigitte Bardot, Bayonne, Geneviève Darrieussecq, ministre, corrida
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik