Ecoutez Radio Sputnik
    Mobilisation des Gilets jaunes à Paris, archives.

    Intervention policière: Macron souhaite «repenser» certaines méthodes

    © Sputnik . Irina Kalachnikova
    France
    URL courte
    231246
    S'abonner

    Au vu des «blessures inacceptables» chez les policiers et chez les manifestants pendant les mobilisations des Gilets jaunes, le Président Macron a déclaré, devant l'Association de la presse présidentielle, qu’il souhaitait «repenser» certaines méthodes d’intervention policière.

    Emmanuel Macron souhaite «repenser» certaines méthodes d'intervention policière, au vu des «blessures inacceptables» chez les policiers et chez les manifestants pendant les rassemblements des Gilets jaunes. 

    De plus, le Président français se dit «très vigilant» concernant la fatigue des policiers. Cette déclaration survient lors d’une rencontre avec l'Association de la presse présidentielle à Paris ce 21 août. 

    «Cela doit nous conduire à repenser certaines méthodes d'intervention, à les relégitimer si besoin». Mais «je souhaite que la justice soit partout et la transparence avec», a annoncé le chef de l’État.

    «J'ai entendu le rapport par le défenseur des droits et je recevrai les médecins qui m'ont interpelé sur ce point», a-t-il précisé cité par l'AFP, évoquant aussi l'enquête en cours, qui a été délocalisée, sur la mort du jeune Steve Maia Caniço le 21 juin à Nantes, durant une opération policière controversée. 

    Les armes de la police française

    Nombreuses sont les armes mises à disposition de la police française, comme le bâton de défense à poignée latérale, les canons à eau, les lanceurs de balles de défense (LBD) et les grenades GLI-F4. Ces dernières ont mutilé plusieurs manifestants lors des manifestations des Gilets jaunes. Le 13 juin, l’IGPN a annoncé dans son rapport annuel que l’utilisation des grenades de désencerclement et de LBD avait augmenté, respectivement de 296% et 203% en 2018.

    Violences policières

    Selon le collectif Désarmons-les, qui publie des photos des victimes, environ 40 personnes ont été mutilées à cause des grenades GLI-F4 entre 2007 et le 1er mai 2019.

    Depuis le début des manifestations des Gilets jaunes, l'usage du LBD par les forces de l'ordre fait polémique. De nombreuses voix, dont celle du Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, ont réclamé son interdiction. Cependant, en avril 2019, le Conseil d'État a refusé de saisir le Conseil constitutionnel sur la question, comme le réclamaient des associations.

    Les manifestations des Gilets jaunes, qui ont souvent dégénéré en heurts avec la police, ont ravivé les polémiques sur le maintien de l'ordre, parce que de nombreux manifestants ont été violentés, éborgnés ou ont reçu d'autres blessures graves.

    Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur publiés à la mi-mai, 2.448 blessés ont été recensés parmi les manifestants et 1.797 parmi les forces de l'ordre.

    Tags:
    Paris, manifestation, grenade, LBD (lanceur de balles de défense), gilets jaunes, France, police, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik